Villeneuve-sur-Lot : La police municipale dégaine un préavis de grève

Sur le même sujet


Sécurité : la feuille de route de Lepers

Sécurité : la feuille de route de Lepers

Le maire a présidé son premier Conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance (CLSPD). L’occasion de détailler ses priorités aux partenaires de la collectivité.

Les revendications de la CGT visent à atteindre une équité entre tous les agents ou, du moins, modifier les bases de la différence actuelle. Le syndicat demande ainsi que l’Indemnité d’administration et de technicité (IAT) passe à huit pour tous les agents, ainsi que le paiement des heures supplémentaires et une indemnité forfaitaire de repas. Des revendications qui, dans les faits ne concernent que les huit agents patrouillant de jour.

« En première ligne »

Face à cette ébauche de mouvement de grogne, « je suis un peu surpris et un peu déçu, admet Guillaume Lepers. Je défends la PM depuis mon arrivée. La brigade de nuit a été créée avec tous les agents. Certains ont basculé du jour vers la nuit. J’ai augmenté les effectifs, changé l’armement, acheté un nouveau véhicule, fais réparer toutes les caméras… » Pour le maire, « recruter pour la nuit n’est pas chose aisée. Il fallait créer de l’attractivité. Sans différence, ce n’était pas possible. »

« La technicité est la même pour les agents, qu’ils patrouillent de jour comme de nuit, analyse pour sa part Kamel Sekkiou, secrétaire des territoriaux CGT. S’il doit bien y avoir une différence de traitement, elle ne doit pas se faire par le biais de l’IAT mais par une prime de nuit ou un paiement d’heures de nuit. » Et le syndicaliste d’insister : « Les policiers municipaux ont été en première ligne durant toute la pandémie. Ils ont toujours répondu présents quand le maire a demandé des efforts. Ils veulent juste une reconnaissance. »

Un calendrier chargé

Guillaume Lepers évoque pour sa part un calendrier qui se bouscule alors que doivent débuter les négociations en vue de la mise en place prochaine du Régime indemnitaire des fonctionnaires de l’État (Rifseep) : « C’est un des gros chantiers de l’année. Nous sommes la seule collectivité, avec le Département, à ne pas y être passé. En plus, nous sommes en plein dans une année électorale syndicale… »