Tourisme au Pays basque : « On a un retard à l’allumage des réservations pour la période estivale »

La semaine précédant le week-end de Pâques, les réservations ont bondi de 6 %, confirmant une dynamique de fréquentation positive pour le Pays basque, initiée en mars. Et puis « cette semaine de Pâques est la semaine du lancement de la saison », annonce très enthousiaste Jean-Pierre Istre, président de l’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie (UMIH). Pour le week-end de Pâques, les meublés de tourisme ont été réservés à hauteur de 59 %, pour l’Ascension on est pour l’instant à 40 % et à 28 % pour la Pentecôte, des chiffres, qui encore en deçà de l’année 2019, s’en rapprochent quand même.

En mars 2022, Biarritz, Bayonne et Anglet ont accueilli davantage de visiteurs qu’en 2019.

En mars 2022, Biarritz, Bayonne et Anglet ont accueilli davantage de visiteurs qu’en 2019.

Illustration Émilie Drouinaud

Un mois de mars encourageant

En mars 2022, la fréquentation a bondi de 38 % par rapport à l’année 2021 : on comptabilise 846 000 visiteurs au Pays basque. Avec une durée de séjour moyenne de 3,1 jours, le nombre de touristes s’est élevé à 122 000 pour 724 00 excursionnistes. Ces derniers sont des visiteurs qui font le déplacement depuis leur lieu de résidence pour la journée, sans passer une nuit sur place. Si l’année dernière était encore très marquée par le Covid-19, les niveaux de fréquentations sont revenus aux niveaux de 2019, ce qui est « rassurant par rapport aux deux dernières années » pour Jean-Pierre Istre, président de l’UMIH. « Aujourd’hui, tous les clignotants sont au vert, déjà parce que nous voyons notre clientèle espagnole revenir, ce qui est un indicateur positif pour la saison ».

La situation sanitaire est toujours fragile, ça freine potentiellement les réservations »

Après une baisse de fréquentation due au Covid-19, les touristes ibériques ont à nouveau retrouvé la première place du podium des touristes étrangers au Pays basque (41 %, soit une hausse de 30 % de fréquentation par rapport à 2021). L’autre bonne nouvelle est le retour progressif des clientèles britanniques, hollandaises et allemandes, qui manquaient à l’appel depuis la pandémie.

Sur le même sujet


Pyrénées-Atlantiques : le tourisme, rebond et mutation

Pyrénées-Atlantiques : le tourisme, rebond et mutation

L’Agence d’attractivité et de développement touristiques Béarn Pays basque tenait son assemblée générale le 17 septembre à Pau. Après une année 2020 marquée par des pertes conséquentes pour le secteur (800 millions d’euros), le rebond est déjà là

Pourtant, plusieurs facteurs ont provoqué un ralentissement dans les réservations pour l’été dès la fin février : la guerre en Ukraine, la montée des prix de l’essence, l’inflation ou encore l’élection présidentielle. Pour Denis Ulanga, à ces données s’ajoutent encore « les incertitudes quant au Covid-19, n’oublions pas que la situation sanitaire est toujours fragile, ça freine potentiellement les réservations ». « On a donc un retard à l’allumage des réservations pour la période estivale, malgré des intentions de départ élevées des Français », précise-t-il. Des départs en vacances qui donneraient de l’espoir à un secteur durement chamboulé.

(1) https://www.insee.fr/fr/statistiques/6204889