Tonnay-Charente : les travaux d’urgence ont commencé sur le pont suspendu

La sécurité

En 2020, des visites d’inspection des Bâtiments de France et de la Conservation régionale des Monuments historiques alertent sur l’état de dégradation et la nécessité de travaux. « Ce n’est ni sécurisant, ni sécurisé », explique Rémi Justinien, adjoint aux travaux et au patrimoine. À l’été 2021, la Ville de Tonnay-Charente propriétaire, ce qui est rare, décide la restauration. Il faut bien réagir.

Le pont est vieux, ses maçonneries s’abîment et des pierres tombent régulièrement.

Le pont est vieux, ses maçonneries s’abîment et des pierres tombent régulièrement.

Kharinne Charov

Cette première tranche de travaux d’urgence vient de démarrer le 4 avril pour un mois. « Il faut que tout soit fini d’ici mai pour ne pas déranger les chauves-souris et les cigognes qui nichent sur l’ouvrage », explique Éric Normand, conseiller délégué à la promotion de la ville.

Il s’agit d’ôter la végétation et les maçonneries instables sur les parties basses de la rampe d’accès de la rive gauche notamment. Puis, à l’aide d’une grande nacelle, les ouvriers s’intéresseront aux premières travées hautes sur cette même rive et enfin, à l’ensemble des maçonneries à plus de deux mètres de hauteur sur les deux rives. Le chantier est mené sous l’œil d’Elsa Ricaud, architecte du patrimoine et maître d’œuvre.

Le pont est un atout indéniable pour le tourisme.

Le pont est un atout indéniable pour le tourisme.

Kharinne Charov

1,4 million d’euros

Et ce n’est qu’un début. Cette intervention est évaluée à 200 000 euros, payés à 50 % par l’État, 5 % par l’Agglo, 20 % par le Département, 15 % par la Région et 10 % par la commune. Mais pour la phase suivante, la rénovation complète, il faudra compter sur 1,4 million d’euros pour refaire les principales pierres et changer le platelage. Elle devrait s’étaler sur cinq ans dès 2023.

Il n’y a pas que l’océan en Charente-Maritime, nous avons ici un magnifique belvédère pour admirer le marais »

Déjà inscrite au contrat de plan État-Région, l’opération n’a pas pour autant réuni tout l’argent. « On attend la réponse de l’État, sollicité à hauteur de 40 à 50 %, pour savoir quand nous démarrerons. L’Agglo versera 5 %, la Région 15 % et le Département 20 %. Mais nous ne voulons pas endetter la commune à plus de 20 à 30 % du coût », poursuit Rémi Justinien. La Ville a rendez-vous cette semaine avec la Banque des territoires pour étudier la possibilité d’un emprunt sur cinquante ans.

Depuis le pont, la vue sur la Charente et sur le port de Tonnay-Charente est imprenable.

Depuis le pont, la vue sur la Charente et sur le port de Tonnay-Charente est imprenable.

Kharinne Charov

Tonnay-Charente fera tout pour sauver son pont, atout indétrônable pour le tourisme « Il n’y a pas que l’océan en Charente-Maritime, nous avons ici un magnifique belvédère pour admirer le marais », lance Rémi Justinien qui a tenté de séduire le loto du patrimoine pour collecter des sous, mais Stéphane Bern n’en a pas voulu.