Shenzhen, capitale chinoise de l’électronique, verrouillée par le Covid-19

Des tests de dépistage du Covid-19, à Shenzhen, en 2021. Des tests de dépistage du Covid-19, à Shenzhen, en 2021.

Avec 17 millions d’habitants, un port immense, des usines gigantesques et de nombreux bureaux de recherche et développement, Shenzhen est souvent décrite comme la Silicon Valley chinoise. Dimanche 13 mars, la ville a fermé ses services non essentiels face à une recrudescence des cas de coronavirus, en respect de sa politique « zéro Covid ».

Lire aussi Covid-19 : la Chine enregistre son pire bilan de contaminations en deux ans et confine 17 millions d’habitants à Shenzhen

Le verrouillage de l’industrie locale pourrait avoir des conséquences sur les livraisons mondiales d’appareils électroniques. De nombreux fabricants sont présents à Shenzhen : le leader mondial du drone DJI y a son siège, le fabricant de smartphones Oppo y détient plusieurs usines. Beaucoup de sous-traitants y sont installés, tel le géant de l’électronique Foxconn, qui fabrique à Shenzhen des écrans pour Samsung et des smartphones pour Apple.

Apple et Samsung touchés

Selon le journal hongkongais South China Morning Post, Foxconn emploie 200 000 ouvriers dans la mégapole, vivant et travaillant dans deux immenses campus, dans les quartiers de Guanlan et Longhua. Le groupe taïwanais a annoncé la fermeture de ses chaînes, et précisé qu’il transférerait une partie de la production à d’autres usines – Foxconn détient une unité de production géante à Zhengzhou, dans le nord du pays, où il produit également des iPhone.

En 2020 déjà, le groupe avait dû mettre ses chaînes de Shenzhen à l’arrêt dans le cadre d’un plan d’endiguement de la pandémie. Foxconn n’a pas donné de date pour la réouverture de ses usines. Selon l’Agence France-Presse (AFP), le confinement et la suspension des transports publics dureront au moins jusqu’au 20 mars, le temps de procéder à trois séries de tests de masse.

Shenzhen est limitrophe d’Hongkong, qui connaît actuellement un pic épidémique considérable avec 27 000 contaminations quotidiennes pour 7 millions d’habitants. La capitale de l’électronique chinoise est à cette heure beaucoup moins touchée que sa voisine : elle ne dénombrait que 60 nouvelles infections dimanche. Mais l’inquiétude est palpable sur les marchés financiers comme dans les milieux politiques. S’il dure, « le confinement en Chine aura des répercussions économiques », a averti Thierry Breton, le commissaire européen au marché intérieur sur les ondes de France Inter.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Le chaos s’installe à Hongkong, submergé par une cinquième vague de Covid-19