Sécheresse en France : quels sont les 15 départements en alerte

Selon le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM), la période de recharge 2021-2022 des nappes a été courte et peu active. La phase de vidange des nappes s’est progressivement mise en place depuis février 2022, les pluies efficaces ayant généralement été déficitaires et la végétation reprenant ses droits. Courant mars, les tendances d’évolution sont hétérogènes et dépendent de la pluviométrie locale et de l’inertie de la nappe.

Visactu

Sur les deux tiers nord du territoire, la vidange se confirme sur l’ensemble des nappes. Les nappes réactives sont en baisse depuis février, du fait de l’absence de pluies efficaces notables. Les tendances des nappes inertielles s’inversent courant mars et les niveaux sont généralement en baisse. La recharge reste cependant active mais très ralentie sur les nappes les plus inertielles du Bassin parisien et du couloir Rhône-Saône. Les niveaux se stabilisent durant le mois de mars, les pluies de ces derniers mois finissant de s’infiltrer lentement jusqu’aux nappes.

Sur le même sujet


Sécheresse en France : notre dossier

Sécheresse en France : notre dossier

La sécheresse des sols est une préoccupation majeure en France. Et les projections ne sont pas rassurantes. Origines, impact, risques… retrouvez notre dossier pour tout savoir sur le phénomène qui frappe le pays

Au sud, les tendances sont contrastées et dépendent essentiellement des pluies efficaces locales. Sur le Bassin aquitain, la pluviométrie a été suffisante pour alimenter les nappes sur quelques secteurs, notamment sur les nappes des calcaires karstifiés des Causses. Au sud-est, les nappes du Roussillon, du Languedoc et des régions de Montpellier et Nîmes ont bénéficié des récentes précipitations efficaces significatives et les niveaux sont en hausse. Les nappes de Provence et de Côte d’Azur sont en baisse ou stables. La fonte précoce de neige ou des précipitations localisées ont permis d’engendrer de petites recharges. Enfin, les nappes alluviales de Corse accusent les déficits pluviométriques de ces derniers mois et restent en baisse depuis février.

15 départements touchés

Résultat, 15 départements français sont d’ores et déjà touchés par la sécheresse (et ont dépassé le seuil de vigilance) avec un usage de l’eau qui a été limité. 48 arrêtés préfectoraux sont actuellement en vigueur comme dans le Vaucluse, par exemple, dès le mois d’avril, avec des prélèvements d’eau qui ont été réduits de 20 %, le lavage des véhicules et le remplissage des piscines ont été interdits, ainsi que l’arrosage des potagers et des terrains de sport entre 9 et 19 heures.

La sécheresse deviendrait même « préoccupante dans de nombreuses régions », selon La Chaîne météo, qui juge que « les quelques pluies sous orage cette semaine ne seront pas suffisantes pour améliorer la situation ». « On va vers des journées favorisant l’assèchement progressif des sols, qui sont bien plus secs que la normale dans certaines régions, le Sud-Est notamment mais aussi le Nord-Pas-de-Calais. La situation est donc à surveiller », confirme le prévisionniste à Météo-France, Patrick Galois, à Franceinfo.

Croissance des céréales affectée

Le blé, en pleine croissance, manque d’eau alors que la chaleur promet de durer : la sécheresse qui frappe l’ensemble de la France aura donc « un impact sur la production des céréales », a prévenu hier le ministère de l’Agriculture à l’issue d’un point de situation avec les agences de l’eau et les professionnels du monde agricole.

« Les cultures d’hiver, comme le blé ou l’orge, qui sont aujourd’hui en phase de développement, commencent à connaître des situations qui vont affecter les rendements » même s’il est « encore beaucoup trop tôt pour avoir une évaluation précise », a-t-on indiqué.

L’absence de pluie, si elle perdure, affectera aussi les cultures de printemps, comme le tournesol, la betterave et le maïs, a souligné le ministère, qui évoque aussi la situation délicate des fourrages alors que les pousses d’herbes, qui étaient jusqu’à présent plutôt meilleures que d’habitude, ralentissent.