Salon de l’agriculture Nouvelle-Aquitaine : des bêtes, du goût, des échanges et des découvertes au menu

Résultat, c’est sur les deux modes que l’édition 2022 va se dérouler du 21 au 29 mai au Parc des expositions de Bordeaux, pendant la Foire internationale de Bordeaux. Sur AgriWebTv, l’aventure a déjà débuté quelques jours avant l’ouverture des portes du salon, et à compter du 21 mai, vaches, moutons, équidés, producteurs, coopératives, viticulteurs, lycées agricoles, défenseurs du goût, labels et signes de qualité, acteurs de la transition agroécologique seront physiquement présents sous les halls 3 et 4, et feront entendre leurs voix, tout en écoutant celle du public.

1. Un millier d’animaux dans la place

Pour ses retrouvailles avec le public et les professionnels en présentiel, le salon frappe fort et passe d’une présence habituelle de quatre jours d’Aquitanima, le rendez-vous de l’élevage et de la sélection génétique, à neuf jours. Près de 400 bovins se laisseront mirer par les visiteurs et juger par des yeux avertis dans les concours de races et lors des séances de présentation sur le ring. La Limousine, la Blonde d’Aquitaine, la Bazadaise et la prim’Holstein feront les belles et tenteront de remporter un ruban tricolore. D’autres races invitées viendront défiler. Nouveauté 2022, les ovins auront eux aussi droit aux feux de la rampe, avec deux journées (les 24 et 26 mai) qui leur seront consacrées mettant en avant les signes de qualité qui les distinguent en Nouvelle-Aquitaine.

Sur le stand de l’Aana, le public pour découvrir, avec des chefs, les recettes qui permettent de sublimer les produits de la Nouvelle-Aquitaine.

Sur le stand de l’Aana, le public pour découvrir, avec des chefs, les recettes qui permettent de sublimer les produits de la Nouvelle-Aquitaine.

Guillaume Bonnaud/Sud Ouest

Enfin, on retrouvera Equitaine, le rendez-vous sur neuf jours, des équidés. Quelque 300 chevaux, poneys et ânes d’élevage seront sur site et proposeront des démonstrations de leur utilité en agriculture mais aussi dans le sport et les loisirs. L’occasion aussi de découvrir des races locales et pour les plus jeunes visiteurs de tenter un baptême attelage.

2. On va aussi déguster

Le Salon de l’agriculture Nouvelle-Aquitaine, c’est aussi faire vibrer ses papilles et se pencher sur le contenu de son assiette. Comme Aquitanima, le traditionnel marché des producteurs étend sa présence de quatre à neuf jours, avec des étals de glaces au lait de chèvre, de pains et viennoiseries, de tajines de chevreau, ou encore d’huîtres et de bulots, mais aussi des tables d’hôtes et de dégustation.

L’Agence de l’alimentation Nouvelle-Aquitaine, l’AANA, sera également sur le pont aux côtés des producteurs, éleveurs et viticulteurs néo-aquitains auxquels elle offrira trois espaces d’expression : la cuisine dans laquelle sera valorisée par des chefs une vingtaine de spécialités de la région, la boucherie et le Comptoir des vins. Tous les jours, l’Aana proposera avec Chef Jésus et Cheffe Line des démonstrations et même des cours devant les fourneaux mais aussi des ateliers de dégustations et des live Facebook.

3. Métiers et pratiques agricoles s’affichent

Bon, on caresse les bêtes, on goûte les produits, mais on aimerait bien aussi comprendre… Nouveauté de cette édition, le salon ouvre un grand espace baptisé AgorAgri dédié au grand public. Ici, on va se parler. Se parler des pratiques agricoles et des métiers et découvrir le monde agricole autrement : depuis les semences et les plantes mellifères dont se régalent les abeilles au baptême de conduite en tracteur en passant par le bus Vert’igineux et en savoir plus sur le biométhane, les matériels innovants, ou encore le bien-être animal.

Et pour prolonger les échanges et les discussions, avec les professionnels mais aussi le grand public, un Forum Agri sous le hall 4 où on retrouvera les traditionnels Carrefour de l’innovation (le 24 mai), la conférence sur l’installation (24 mai) et les États généraux de l’Innovation cette année sur le thème « La santé et la qualité des sols ».

www.salon-agriculture.fr et www.agriweb.tv