Saintes. Ligne Bordeaux-Nantes : « il va falloir que les parlementaires se mouillent un peu plus »

Benoît GroussinEn décembre 2021, la ligne Nantes-Bordeaux est passée de trois allers-retours à quatre. C’est une bonne chose. Autre point positif, il y a vraiment du monde dans les trains Intercités, ils sont souvent pleins. On s’interroge cependant sur le volume du parc de rames…

Benoît Groussin En décembre 2021, la ligne Nantes-Bordeaux est passée de trois allers-retours à quatre. C’est une bonne chose. Autre point positif, il y a vraiment du monde dans les trains Intercités, ils sont souvent pleins. On s’interroge cependant sur le volume du parc de rames. Une quinzaine de rames font Nantes-Bordeaux et Nantes-Lyon. À partir de décembre 2022, cette dernière va passer de deux à trois allers-retours. Actuellement, on est déjà court en matériel.

On pense qu’il ne va pas y avoir de marge de manœuvre pour augmenter l’offre en volume. Et au moindre incident sur une rame, on va se retrouver en difficulté. Mais j’insiste, c’est un cercle vertueux. Pour une fois, on veut positiver. Depuis longtemps, on dit que la ligne Nantes-Bordeaux a du potentiel. Il y en a, c’est une vraie alternative à la voiture.

Benoît Groussin, président Poitou-Charentes Fédération nationale des associations des usagers du train (Fnaut) et membre de l’APNB.

Benoît Groussin, président Poitou-Charentes Fédération nationale des associations des usagers du train (Fnaut) et membre de l’APNB.

É. L. /SUD OUEST

Concernant la portion entre Bordeaux et Saintes, vous notez quelques points noirs, quels sont-ils ?

La Rochelle-Saintes dispose d’un système d’espacement des trains de 1903, il marche encore mais il est à bout de souffle. Cette signalisation ne permet pas de construire des sillons (horaires) adaptés aux besoins des usagers. Il faudrait moderniser ce bloc mais il faut des financements…

Le 2e point noir. Aujourd’hui, entre Beillant et Saint-Mariens, plus de la moitié du linéaire est limitée à 60 km/h, c’est extrêmement pénalisant. Ce ralentissement fait perdre vingt minutes à la liaison entre Nantes et Bordeaux. Entre Saintes et Bordeaux, il n’y a pas de train en dessous de 1 h 30. Cette portion est à refaire. Elle représente 140 kilomètres de linéaire, 70 km fois deux. La ligne ayant intégré le réseau structurant, SNCF Réseau peut la financer. Sauf que l’entité n’a aucun sou ou très peu. Elle n’a pas les moyens de la rénover sans dotation spécifique de l’État…

Des discussions sont en cours. Quand est-ce qu’on en saura plus ?

Le volet infrastructures ferroviaires fait l’objet de négociations entre la préfète de la Nouvelle-Aquitaine et les différentes régions. Elles devraient aboutir à l’automne. Aujourd’hui, nous ne savons pas ce que ce plan va vraiment décider, en sachant qu’il y a toutes les autres lignes régionales.

Estimez-vous que les élus se sont emparés de la question ?

Si on veut prétendre à faire Saintes-Bordeaux en une heure ou plus, il va falloir que les élus de proximité, je pense aux parlementaires, se mouillent un peu plus. On ne peut pas dire qu’on soutient le ferroviaire si, parallèlement, les crédits ne sont pas débloqués pour faire les travaux nécessaires. Qu’est-ce qu’on donne à ces lignes d’aménagement du territoire, ayant rejoint le réseau structurant, pour qu’elles reprennent encore plus de vivacité ?