Ruée sur la location de voiliers : le Bordelais Samboat sort gagnant et recrute

Rachetée en 2018 par le groupe Dream Yacht (fondé en 2000 aux Seychelles, leader mondial de la location de croisières sur voiliers et propriété du fonds Tchèque PPF et de Beneteau), la filiale SamBoat, qui vient par ailleurs d’intégrer l’Anglais Latesail et les agences Vents de Mer, connaît une accélération forte de son activité location de voilier.

L’équipe de Samboat va se renforcer cette année, avec 25 collaborateurs supplémentaires.

L’équipe de Samboat va se renforcer cette année, avec 25 collaborateurs supplémentaires.

Samboat

Les États-Unis en vue

« Nous profitons à plein de deux tendances fortes qui se dégagent depuis la crise sanitaire », explique Laurent Calando. « Les vacanciers ont à la fois envie d’expériences éloignées du tourisme de masse, ils aspirent à la tranquillité, mais en privilégiant aussi l’environnement. Le voilier, quelle que soit sa taille, avec ou sans skipper, répond clairement à ces attentes. »

Au point que s’il est tout à fait possible de réserver aujourd’hui un bateau à moteur pour cet été, en ce qui concerne les voiliers, la fenêtre de tir se referme à vue d’œil. « Actuellement, le boom est tel que le choix sur notre catalogue fond très vite. L’activité spécifique de location de voiliers a été multipliée par trois par rapport à l’an dernier. »

Portée par l’activité voilier en hausse, mais aussi celle des bateaux à moteur, encore la plus porteuse, Samboat, qui compte une cinquantaine d’employés répartis entre Bordeaux et les spots européens de la plaisance, lorgnerait de plus en plus sur un marché important qu’elle n’a pas encore abordé : les États-Unis.

« Cela fait partie de nos plans », lâche Laurent Calando. Pour le moment, il préfère se concentrer sur l’année 2022 (record d’activité attendu) et sur les 25 recrutements qui seront nécessaires.