Royan : la 5G se déploie, le maire s’inquiète d’une « fracture territoriale »

Interloquée, la directrice des relations avec les collectivités locales, Laurie Beaugé, a sorti les avirons pour démontrer au maire les « multiples avantages du nouveau réseau. » « Chaque année, le trafic augmente entre 40 et 50 %, a exposé la responsable d’Orange. Le réseau 4G va être saturé si on ne fait rien. Nous déployons en priorité sur les grandes villes et les stations balnéaires qui ont une forte fréquentation l’été pour le confort des populations, pour les professionnels et aussi pour ceux, de plus en plus nombreux, qui font du télétravail. »

« Fuite en avant »

Si ce dernier argument a eu l’heur de plaire à l’édile, celui-ci s’est inquiété de « la fracture sociale que cela va engendrer. Pensons à ceux qui vont regarder le train de la 5G passer. Car j’imagine que le coût va se répercuter sur les abonnements. »

Flavien Chiasson, formateur chez Orange, a volé au secours de sa consœur pour expliquer que « oui, la 5G demande des abonnements avec des forfaits allant de 120 Go à 200 Go mais il n’y aura qu’une minime augmentation. Et puis les débits seront quatre fois plus rapides qu’avec la 4G, ce qui répond à l’évolution des besoins actuels. »

Flavien Chiasson de chez Orange a fait une démonstration en temps réel de la vitesse de téléchargement entre deux téléphones 4G et 5G.

Flavien Chiasson de chez Orange a fait une démonstration en temps réel de la vitesse de téléchargement entre deux téléphones 4G et 5G.

N. D-P.

Et le formateur Orange de faire une démonstration au maire de la vitesse de téléchargement grâce à deux téléphones distincts, l’un en 4G, l’autre en 5G. Patrick Marengo a réaffirmé qu’il n’était pas convaincu par « cette fuite en avant ».