Rochefort : l’ancien hôpital de la Marine est vendu

« Un projet de qualité »

Depuis janvier, on savait que François 1er était sur le coup et lorgnait sur le site depuis longtemps. Ce nom était d’ailleurs déjà apparu dans le dossier du magasin aux vivres, finalement racheté par l’homme d’affaires Nicolas Walewski en 2013 et livré en 2019. Cette fois, c’est signé. Aron Cohn se dit « très satisfait. Je m’étais engagé à mener un projet de qualité à la mesure du site pour des raisons personnelles, et auprès du maire, pour donner de l’attractivité à Rochefort ». Le maire Hervé Blanché est soulagé : « C’est une super nouvelle pour Rochefort. » En effet, après le magasin aux vivres, l’ancien hôpital de la Marine était une des dernières friches de l’arsenal à être encore en déshérence.

La chapelle des officiers, lieu unique et scintillant de lumière et tout en hauteur, mérite la plus belle des rénovations.

La chapelle des officiers, lieu unique et scintillant de lumière et tout en hauteur, mérite la plus belle des rénovations.

Kharinne Charov

Pour l’heure, seule la partie historique en forme de H, classée aux Monuments historiques, s’est vendue pour un prix « assez inférieur », selon Aron Cohn qui n’en dira pas plus, que les huit millions qu’avait coûté le commissariat aux vivres. Sur les 7,8 hectares de l’emprise totale, 4 hectares de terrain vont donc être réhabilités, de même que les 20 000 m² de surfaces bâties, répartis sur trois étages. Comme au magasin aux vivres, c’est l’architecte parisien, Christian Menu qui est retenu, même si le promoteur s’entoure aussi d’architectes des Monuments Historiques, d’architectes des Bâtiments de France, tout en comptant sur les artisans locaux.

Christian Menu a déjà planché sur la configuration des lieux. Et les 200 appartements de standing qui seront aménagés sur 8 500 m² sont déjà en vente sur le site Marine patrimoine. Leur taille ira du T1 au T3, sur des surfaces et une hauteur de plafond plus grandes que dans du neuf. La verrière ouest, la chapelle des officiers et les parties communes constituent le reste du bâti.

La rotonde ouest, la plus belle des parties communes, sera rénovée pour faire ressortir la verrière en elle-même ainsi que les menuiseries et sols.

La rotonde ouest, la plus belle des parties communes, sera rénovée pour faire ressortir la verrière en elle-même ainsi que les menuiseries et sols.

Kharinne Charov

« Les promoteurs sont très intéressés par Rochefort dont le marché est devenu très attractif »

La demande de permis de construire n’est pas encore déposée par François 1er, mais devrait l’être sous peu, pour des travaux prévus de 2023 à 2026. Comme au magasin aux vivres, les investisseurs de l’ancien hôpital de la Marine pourront bénéficier de dispositifs de défiscalisation liés aux lois Malraux (1) et Monuments historiques (2). Le programme pourrait s’adresser à une autre catégorie d’acquéreurs, moins fortunés et plus locaux. Mais pas d’obligation de logements sociaux…

Un bon signal

Cette opération est un bon signal pour Rochefort. « Les promoteurs sont très intéressés par Rochefort dont le marché est devenu très attractif », confirme Aron Cohn. « Si un groupe comme François 1er, qui n’investit pas n’importe où, s’intéresse à notre ville, c’est que le marché immobilier y est bon. Cette opération ne fera que le dynamiser », poursuit Régis Seuwin, directeur du service urbanisme de la Ville. Il a enregistré en 2021 plus de 900 déclarations d’intentions d’aliéner (3), soit un bon de +20 % par rapport à 2020. « Le marché de Rochefort est attractif et il rassure les promoteurs. »

Le lanterneau au-dessus du pavillon de Mars indique le nord. Il sera restauré à l’identique.

Le lanterneau au-dessus du pavillon de Mars indique le nord. Il sera restauré à l’identique.

Kharinne Charov

Aujourd’hui, Aron Cohn et sa société Egeté demeurent propriétaires de la partie nord, bordée par la rue Jean-René-Quoy, ainsi que des bâtiments annexes à l’ouest, le long de la rue Amiral-Meyer. Sur cette emprise, qui a obtenu les droits à construire pour une surface inférieure à 50 000 m² en 2018, on ne verra donc pas le transfert des Thermes, projet d’Hervé Blanché avorté en 2019. Mais, Aron Cohn, comme il l’a annoncé début 2022, demandera un permis de construire d’ici à trois mois. « Nous sommes prêts depuis deux ans, mais nous avons dû refaire les plans car les règles d’urbanisme avaient changé entre-temps », précise Aron Cohn.

La rotonde vue de l’extérieur sera aussi rénovée.

La rotonde vue de l’extérieur sera aussi rénovée.

Kharinne Charov

La voie semble donc libre pour très vite voir sortir de terre au nord, une résidence haut de gamme pour seniors (côté rue Amiral-Meyer), des logements en accès à la propriété (côté rue Laborit), ainsi que des locaux d’activité, des meublés de tourisme et des espaces en colocation (côté rue Quoy). Ce sera un nouveau quartier auquel de potentiels acquéreurs s’intéressent déjà.