Recrutement: les entreprises à « raison d’être » attirent les talents

Parmi les étudiants des écoles de commerce en recherche de stage, la société à mission est plus recherchée. Au sein de l’école de management Audencia, les étudiants demandent à la direction d’identifier les entreprises porteuses de sens par un label. « Ceux qui sont en recherche de sens ont identifié que les entreprises à mission sont plus susceptibles de leur correspondre », précise André Sobczak, professeur et Délégué Général RSE à Audencia.

Lire aussiDeux ans après la loi pacte, 505 sociétés ont adopté le statut d’entreprise à mission

Alors que la quête de sens envahit la sphère professionnelle, le fait d’avoir une raison d’être ou un statut d’entreprise à mission renforce donc l’attractivité des entreprises. Même si aujourd’hui, les candidats comprennent mieux « la raison d’être » car ils la connaissent plus que le statut d’entreprise à mission. « L’intitulé ne génère pas beaucoup de recherches de la part des candidats, constate Magali Massaloux, responsable de trois sites APEC en Nouvelle Aquitaine. Il ne correspond pas aux mots-clés actuels. » Mais si le statut d’entreprise à mission apparaît peu connu, il « reste un critère de différenciation très fort pour les entreprises », indique Laurent Termignon, Directeur Talent & Rewards chez WTW (Willis Tower Watson). Sur un marché tendu, celles-ci doivent se démarquer pour attirer les candidats. » Et ce statut, qui les oblige à graver une raison d’être et des objectifs dans le marbre, y contribue. « C’est un engagement contraignant, car on ne se contente pas du seul déclaratif, voire politique: l’entreprise montre qu’elle n’est pas là juste pour faire du profit », analyse Caroline Renoux, fondatrice et dirigeante de Birdeo, un cabinet de recrutement spécialisé sur les métiers à impact positif.

« L’entreprise à mission est un gage de responsabilité envers nos parties prenantes »

« Le fait d’être une entreprise à mission nous oblige à aligner nos actions par rapport à nos valeurs, confirme Thierry Gahamanyi, le fondateur de Magma Energy, une centrale d’achat dédiée aux producteurs d’énergies renouvelables. C’est un gage de sérieux et de responsabilité vis-à-vis des diverses parties prenantes. » Dès la création de son entreprise il y a deux ans, ce jeune entrepreneur a fait ce choix parce que « c’est un des moyens de changer le monde ou de préserver la planète. » Un engagement qui rejoint celui des collaborateurs qu’il recrute.

Lire aussiVoici comment devenir une entreprise à mission

Reste que si encore trop peu d’entreprises ont adopté ce statut, elles sont de plus en plus nombreuses à définir une raison d’être qui guide leur stratégie RSE. « Au-delà du statut, conclut Laurent Termignon, la pertinence et la solidité de la stratégie RSE de l’entreprise ont un très fort impact sur leur attractivité. »

“Lors des entretiens de recrutement, j'énonce la mission de mon entreprise. Au départ, j'avais sous-estimé son importance pour mes futurs collaborateurs. Je m'en suis rendu compte au fur et à mesure. Et j'ai eu la chance de rencontrer et de recruter des jeunes et des moins jeunes passionnés.”

“Lors des entretiens de recrutement, j’énonce la mission de mon entreprise. Au départ, j’avais sous-estimé son importance pour mes futurs collaborateurs. Je m’en suis rendu compte au fur et à mesure. Et j’ai eu la chance de rencontrer et de recruter des jeunes et des moins jeunes passionnés. (Magma Energy)

Véronique Pierré