Prix de l’énergie : « Aucun rattrapage » sur les factures d’électricité, affirme Bruno Le Maire

« Je veux être très clair avec nos compatriotes, s’est engagé le ministre, il n’y aura aucun rattrapage sur leur facture d’électricité. Les consommateurs français ne verront aucun rattrapage lié à ce besoin de financement lié à leur facture en 2023. Nous avons fait une promesse, nous la tiendrons, les prix de l’électricité seront plafonnés à 4 % tout au long de l’année 2022 ».

L’évolution des tarifs à la hausse rend toutefois inéluctable ce besoin de financement supplémentaire reconnu par Bruno Le Maire, mais le ministre n’a pas précisé ce qu’il pourrait être.

En ce qui concerne le prix de l’électricité, la hausse attendue pour 2022 s’établissait autour de 10 % en début d’année, puis quand les prix sur le marché flambaient, de 40 %, sans le bouclier tarifaire. « Aucun pays n’a autant protégé ses citoyens », avait assuré Bruno Le Maire, en mars dernier.

On ne change rien en 2022

Après une dernière hausse de 12,6 % le 1er octobre 2021, les tarifs réglementés du gaz ont été bloqués par décision du gouvernement. La mesure a été étendue aux offres de marché indexées sur les tarifs réglementés, ce qui représente au total 11 millions de foyers individuels.

Le bouclier tarifaire instauré en France est appliqué depuis ce 1er octobre 2021 et prévoyait que jusqu’au mois d’avril 2022, les tarifs réglementés de vente de gaz naturel (TRVG) n’augmenteraient pas. Pour l’exécutif il s’agissait de « gérer une bosse » jusqu’à la baisse espérée des prix du gaz au printemps 2022, une fois passée la saison du chauffage. Mais c’était avant l’invasion de l’Ukraine par la Russie, un des principaux fournisseurs d’énergie.

Imposé à l’automne dernier par le gouvernement, le bouclier tarifaire a permis de circonscrire une flambée des prix de l’énergie observée en France mais aussi en Europe et dans le monde.

Sur le même sujet


Les litiges liés à la fourniture d’énergie s’envolent

Les litiges liés à la fourniture d’énergie s’envolent

Publié ce 24 mai, le rapport annuel du Médiateur national de l’énergie fait état d’un nombre record de conflits entre consommateurs et fournisseurs l’an passé, dans un contexte de forte augmentation des tarifs du gaz et de l’électricité