Pitaya, une adresse street-food thaï à Périgueux pour dynamiser la rue Taillefer

Mercredi 11 mai, ce sera le grand jour pour Luis Peralta, le directeur de l’établissement : « C’est un sacré défi. L’enseigne est très connue par…

Mercredi 11 mai, ce sera le grand jour pour Luis Peralta, le directeur de l’établissement : « C’est un sacré défi. L’enseigne est très connue par les étudiants qui sont à Bordeaux, où est née la chaîne. L’idée, c’est de proposer ici un produit équivalent, et qu’ils fassent venir leurs amis. »

C’est Loïc Médard qui a pris l’initiative de développer la franchise en Dordogne. Déjà à la tête de neuf restaurants – trois Pitaya et plusieurs KFC, dont celui de Trélissac -, l’entrepreneur vise une clientèle d’étudiants et de jeunes actifs, qu’on ne trouve pas forcément en périphérie dans les grandes zones commerciales. « Pitaya, c’est un produit urbain, c’est de la street-food. On cherchait un local dans l’hyper centre, entre Montaigne, Saint-Silain et la Clautre. L’enseigne va faire du bien à la rue. »

Le local a été inauguré lundi 9 mai.

Le local a été inauguré lundi 9 mai.

Stéphane Klein/ « Sud Ouest »

Ancien orange

Quand la possibilité de s’installer dans les anciens locaux d’Orange s’est présentée, le franchisé n’a pas hésité longtemps et ce, pour le plus grand bonheur du manager de centre-ville, Vincent Lhuillier : « C’est vraiment complémentaire avec ce qui existe autour, notamment Maison Birds et Firmin. C’est bien que Pitaya s’installe, car c’est une marque nationale et une enseigne de restauration. Cette diversité permet de redynamiser Taillefer. »

« C’est sympa de se dire qu’on participe à la réorganisation du centre-ville »

Même son de cloche pour le premier adjoint, Emeric Lavitola : « Je suis ravi. Le centre historique ne peut pas avoir que des enseignes de prêt-à-porter. Avoir un restaurant couleurs du monde, c’est positif pour la ville, d’autant que nous voulons reconfigurer cette rue emblématique, mais très minérale. On veut la végétaliser pour la rendre attractive. »

Woks

Un challenge qui motive d’autant plus Luis Peralta, originaire de la République dominicaine et installé en Dordogne depuis six ans. L’homme de 25 ans, passé par le Département d’études juridiques et économiques de Périgueux (Dejep), sera à la tête d’une équipe de 10 personnes. « C’est sympa de se dire qu’on participe à la réorganisation du centre-ville. C’est pour ça qu’on va cuisiner devant les clients que des produits frais et locaux », insiste le directeur.

Derrière la vitrine, on peut voir les cuisiniers s’affairer.

Derrière la vitrine, on peut voir les cuisiniers s’affairer.

Stéphane Klein/ « Sud Ouest »

Une grande vitre permet de voir les cuisiniers s’affairer sur les woks réalisés à base de viandes, poissons et autres légumes. « J’ai développé des marques de fast-food. Avec Pitaya, c’est plutôt ce que j’appelle du fast-good », insiste Loïc Médard. Olivier Gérardin, directeur adjoint de la chaîne, était présent pour l’inauguration : « C’est important de développer notre réseau. On a déjà ouvert à Brive, on ouvre à Périgueux et on ouvrira bientôt à Limoges. Pitaya, une enseigne née en 2010, c’est plus de 150 restaurants à travers l’Europe et 130 millions d’euros de chiffre d’affaires. » Et encore plus, dès mercredi 11 mai au soir.