Orpea : l’Etat rend un prérapport accablant pour le groupe

Philippe Charrier, nouveau directeur d’Orpea, lors de son audition devant la commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale à Paris, le 2 février 2022. Philippe Charrier, nouveau directeur d’Orpea, lors de son audition devant la commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale à Paris, le 2 février 2022.

Une réplique du séisme. Deux mois à peine après la sortie du livre de Victor Castanet sur Orpea, Les Fossoyeurs (Fayard, 400 pages, 22, 90 euros), les inspections générales des finances (IGF) et des affaires sociales (IGAS) devraient rendre au gouvernement, mercredi 23 mars, un rapport qui fait la lumière sur les pratiques – révélées dans l’ouvrage – du groupe privé, qui compte près de 230 Ehpad en France. Leurs conclusions devraient être accablantes si l’on en juge par le prérapport adressé début mars à Orpea afin qu’il puisse répondre au constat des inspecteurs.

Le Monde a eu accès à la synthèse de cette première version. Son contenu, détaillé en six chapitres – de l’organisation aux contrôles internes et externes du groupe, en passant par l’accompagnement des résidents et l’utilisation de l’argent public, corrobore, à quelques exceptions près, les faits mis en lumière par M. Castanet : l’IGF et l’IGAS considèrent qu’Orpea poursuit en priorité un objectif de performance budgétaire qui contribue à la mauvaise qualité de vie des résidents et des soins qui leur sont prodigués.

Manque de personnel

Le premier chapitre du prérapport passe en revue l’organisation du groupe, qui laisse très peu d’autonomie aux directeurs d’établissements. Le deuxième chapitre est un tableau très critique de la prise en charge des résidents : négligence dans le suivi bucco-dentaire, manque de fiabilité dans le circuit de distribution des médicaments, difficultés à prendre en charge des situations d’urgence. Le respect de l’hygiène, le temps de toilette, la surveillance des escarres, la prévention des chutes sont altérés par le manque de temps du personnel.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés « Il va falloir qu’on cesse de se fouetter, là ! » : comment Orpea prépare la riposte face au rapport sur les dysfonctionnements dans ses Ehpad

Contrairement au livre, le prérapport ne constate pas de rationnement des protections pour incontinence. Il relève en revanche des carences dans les menus, jugés trop peu copieux. Le grammage de certains aliments est insuffisant, les périodes de jeûne nocturne parfois trop longues. Le protocole pour lutter contre la dénutrition est, lui, discutable. Faute de personnel à leurs côtés, les pensionnaires les plus dépendants n’ont guère le temps de bien s’alimenter.

Aux cadences trop intenses s’ajoutent le manque de formation du personnel et l’instabilité des équipes. Un Ehpad d’Orpea sur cinq (18 %) ne dispose pas de médecin coordonnateur. Sur ce point, Orpea est plutôt au-dessus de la moyenne : cela concernait au moins 20 % des Ehpad en 2019, selon l’Agence nationale d’appui à la performance. Le prérapport relève toutefois que le nombre de salariés pour cent résidents, tous personnels confondus, est inférieur chez Orpea à la moyenne des Ehpad privés lucratifs.

Il vous reste 65.28% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.