Orage en Dordogne : des agriculteurs ont « tout perdu »

Les dégâts sont considérables dans l’exploitation de Thomas Huguin, à La Roche-Chalais.

Les dégâts sont considérables dans l’exploitation de Thomas Huguin, à La Roche-Chalais.

Élisabeth Mésini

Les bâtiments agricoles ont également subi de gros dégâts.

Les bâtiments agricoles ont également subi de gros dégâts.

Clément Courteix

Pas assuré

Lui qui produit avec sa compagne une soixantaine de variétés de légumes sur son exploitation bio a vu le travail de l’année anéanti en quelques minutes après avoir travaillé de 5 à 23 heures la semaine du 13 au 19 juin pour sauver ses cultures de la canicule. « Je n’ai jamais vu des dégâts comme ceux-ci avec des grêlons aussi gros et en aussi grosse quantité », ajoute le maraîcher qui a eu d’autres expériences en Lorraine et dans le Lyonnais.

Tout est ravagé, notamment à Vanxains.

Tout est ravagé, notamment à Vanxains.

Stéphane Klein/« Sud Ouest »

Sur le même sujet


Orages violents dans le Sud-Ouest : notre dossier

Orages violents dans le Sud-Ouest : notre dossier

Après la canicule ce week-end, le Sud-Ouest a été touché par de violents orages qui ont causé d’importants dégâts ce lundi soir. Une grande partie de la Nouvelle-Aquitaine était toujours en vigilance orange ce mardi.

Le couple n’est pas assuré contre la grêle, le coût étant trop élevé pour la petite structure. « Nous entamons notre cinquième année et nous ne pouvons toujours pas nous sortir de salaire, souligne Thomas Huguin. Nous ne prenons pas d’assurance, le risque étant limité, mais le changement climatique va peut-être modifier les choses. »

Cellule de crise

Ce mardi matin, Patrick Lachaud, le maire de Villetoureix, déplorait aussi de gros dégâts sur les terres agricoles de sa commune, notamment les cultures de blé. « Nous avons deux exploitations touchées, dont les pertes atteignent 100 % », détaillait-il.

Les cultures de maïs ont été dévastées dans le Ribéracois.

Les cultures de maïs ont été dévastées dans le Ribéracois.

Clément Courteix

Dès le matin, les dégâts étaient en cours de recensement par la Chambre d’agriculture de la Dordogne. « Les matériels et bâtiments ont été complètement détériorés et sont pour la plupart inutilisables privant les agriculteurs de leurs outils de travail et de leurs productions, indique la Chambre d’agriculture, mardi en fin de journée. Face à cette situation dramatique, la profession agricole s’est immédiatement mobilisée via un élan de solidarité pour subvenir aux besoins des agriculteurs. » Des groupes électrogènes et des bâches notamment sont en cours d’acheminement sur le secteur.