Médoc : le Nord-Médoc espère profiter de l’effet Unesco avec le phare de Cordouan

Après deux saisons tronquées à cause de la crise sanitaire, l’entreprise, pour qui les visites jusqu’au phare représentent 80 % du chiffre d’affaires, espère que le temps sera au rendez-vous pour faire le plein. Le patron commence à ressentir l’effet du classement du phare de Cordouan au patrimoine mondial de l’Unesco : « Depuis que j’ai ouvert la billetterie, je dois avoir entre 5 et 10 réservations par jour, c’est plus que les années précédentes », précise-t-il.

Le descendant de marin espère que cette exposition lui permettra de partager cette passion de la mer. « Ce phare est un peu notre Tour Eiffel du Médoc. Chaque visite est différente. Les visiteurs reviennent toujours avec le sourire. »

Davantage de touristes

S’il y a un espoir de partager un peu plus ses expériences, Jean-François Teillac reste plus pragmatique à propos des retombées économiques pour son entreprise. « À chaque fois, mes amis me disent que le classement va exploser mes réservations. Mais c’est faux. Nous refusions déjà des gens avant », affirme le patron.

La Bohème II peut transporter jusqu’à 99 personnes.

La Bohème II peut transporter jusqu’à 99 personnes.

P. B.

Les visites du phare de Cordouan sont en effet soumises à des quotas imposés par le Syndicat mixte pour le développement durable de l’Estuaire de la Gironde (Smiddest). Les Vedettes de la Bohème peuvent accompagner jusqu’à 125 personnes par jour au phare, pas une de plus. « On peut potentiellement avoir un peu plus de personnes hors saison, mais ce n’est pas sûr », confie le marin.

Développer l’attractivité

Si les bateaux étaient déjà complets en pleine saison auparavant, les attentes sont en revanche plus fortes pour le Nord-Médoc. « C’est un vrai coup de projecteur sur le bassin de navigation médocain », assure Antoine Poinsot, directeur de Port-Médoc. Quant au remplissage du port pour cette saison, « c’est encore un peu tôt pour dire si le classement du phare aura un impact, tempère-t-il. Mais on peut s’attendre à ce que certains visiteurs veuillent faire le tour du phare en bateau et viennent se poser à Port-Médoc. »