Marmande : Des solutions pour en finir avec les logements vacants ?

1 – La trésorerie municipale

C’est un des lieux emblématiques à l’abandon du boulevard Fourcade. La trésorerie municipale est fermée depuis janvier…

1 – La trésorerie municipale

C’est un des lieux emblématiques à l’abandon du boulevard Fourcade. La trésorerie municipale est fermée depuis janvier 2018 et ses murs sont toujours inexploités. Aujourd’hui, ce sont près de 1 000 m² qui sont en vente. « Nous avons commencé à la faire visiter depuis plus de six mois. En raison des jardins et des possibilités de parking présentées à l’arrière du bâtiment, nous souhaiterons une requalification pour réaliser des appartements et pas forcément sociaux », soulève Michel Milhac, adjoint au maire en charge de l’urbanisme.

2 – L’ex-Banque de France

Un autre bâtiment qui fait l’objet de visites, c’est celui de la Banque de France, « très qualitatif ». « Mais comme au départ, c’est une banque, il y a énormément de sous-sols. Il faut donc trouver une faisabilité pour qu’un promoteur puisse modifier, louer ou vendre à la découpe. La mairie souhaite absolument être maîtresse du projet car elle lui appartient », poursuit-on au sein du service.

Nous allons essayer de rationaliser tout le patrimoine de la Ville.

À ce jour, les associations de bridge, d’échec, chorale, Orchestre d’harmonie de Marmande, Jazz et Garonne, mais aussi les Nuits lyriques sont encore hébergées dans l’ancienne Banque de France. Quel avenir pour ces dernières si la vente se concrétise ? « Nous n’en sommes pas encore à nous poser la question, il n’y a pas d’urgence », rassure l’élu. Les deux entités s’inscrivent dans une réflexion plus globale de la municipalité sur le devenir du patrimoine. « Avec l’adjointe aux finances Françoise Verdier, nous effectuons un état des lieux exhaustif de tout le patrimoine que la Ville possède. Maintenant, on va essayer de rationaliser : voir ce qu’on modifie ou ce dont on choisit de se séparer ».

3 – Charles-de-Gaulle

La difficulté de cette rue, ce sont les accès aux étages vacants, au-dessus de commerces. « Il n’existe plus d’accès depuis le rez-de-chaussée. Avec Val de Garonne Agglomération, on a sélectionné un îlot test entre la rue Puygueraud et la rue Parreau (NDLR : au-dessus du magasin Yves-Rocher) et voir comment se servir d’accès par l’arrière. L’étude a démarré le mois dernier avec un rendu attendu d’ici le mois de juin en vue d’y réaliser des appartements. Mais la mairie ne se portera pas forcément acquéreur », précise Clémence Joya, manager du commerce à la municipalité. Certains étages sont utilisés en réserve et donc entretenus.

La municipalité réfléchit à comment réaménager au mieux les lieux vacants.

La municipalité réfléchit à comment réaménager au mieux les lieux vacants.

C.C

À noter que le centre-ville souffre d’ailleurs d’un taux de 14 à 15 % de vacance commerciale. « Cela s’est réduit depuis 2015, même si le Covid a entraîné quelques fermetures de franchise rue Charles-de-Gaulle notamment dans le prêt à porter », poursuit-elle.,

Quid de l’ancien opticien place Clemenceau qui fut un temps le QG de Marmande en marche 2017 ? « Mon idée première était d’éviter la venue d’un commerce de restauration rapide », clamait le maire auprès du préfet en février. À ce propos, un document du PLU révisé fin 2020 indique que cette activité n’est plus autorisée rue Charles-de-Gaulle et place Clemenceau. Mais la Ville se heurte à un autre obstacle « On est sur une très grande surface au rez-de-chaussée et aux étages (1) donc il faut trouver un investisseur qui puisse supporter le coût d’acquisition et de réhabilitation », expose Clémence Joya.

4 – Ilot des Capucins

À l’automne 2021, La Candélie a acquis une partie des bâtiments qui jouxte la Mission locale, avec pour objectif d’implanter sur le même site le Centre médico psychologique et l’hospitalisation de jour. Ses locaux, propriété de la municipalité, abritaient jusqu’à peu le club de billard marmandais. Il y a quelques mois, ses membres avaient fait part de leur stupeur quant à ce projet. Mais depuis, le dialogue entre la mairie et le club semble s’être apaisé et une solution aurait même été trouvée pour un déménagement à l’école de Coussan. Côté billard, on préfère toutefois « attendre » que cette option se concrétise…

« Parallèlement, on va travailler avec la Candélie pour réaliser de l’accueil d’urgence dans un appartement sur le boulevard Maré, à côté du Plaza. D’autres logements pourraient voir le jour sur ce foncier inoccupé. Il pourrait ainsi abriter un foyer de jeunes travailleurs où pourraient résider des élèves de l’école d’infirmières, par exemple », balaie Michel Milhac. Les travaux ne devraient pas démarrer avant le printemps 2022.