Marmande : aromates et plantes médicinales fleurissent chez Nati’plant

Mais la Girondine à bien la tête sur les épaules et les deux pieds plantés dans la terre. Nati’plant est un projet qu’elle nourrit depuis deux ans et qu’elle a concrétisé en passant un brevet professionnel de responsable d’exploitation agricole en 2020. Dans le cadre de sa formation, elle a réalisé un stage chez Diane Mertens, qui n’est est autre qu’une des premières résidentes de la couveuse agricole.

Voyage culinaire

« C’est elle qui m’a conseillé la couveuse. Cela me donne la possibilité de faire des tests sans avoir à investir beaucoup dès le départ. » Et pour ses débuts, Sarah Marti a vu les choses en grand. En bio et sans intrant, elle fait pousser « une cinquantaine de variétés différentes ». Côté aromates, on peut acheter, pour les consommer et les cultiver chez soi, des plants des grands classiques de la cuisine : sauge, ciboulette, coriandre, thym, persil mais dans des versions étonnantes. « J’ai dix sortes de basilics différents. »

Comme le quinoa, la chia est une herbacée dont on consomme les grains comme une céréale.

Comme le quinoa, la chia est une herbacée dont on consomme les grains comme une céréale.

C. G.

Sa curiosité et son enfance passée en partie à l’île de La Réunion lui ont donné envie d’aller chercher des plantes moins communes pour assaisonner des plats : le brède mafane de Madagascar, l’origan zaatar libanais, des fleurs comestibles comme la petite pimprenelle à l’étonnant goût de concombre ou encore la mertensia plus connue sous le nom de « plante huître », appréciée par les grands chefs pour sa saveur iodée.

« Tous les végétaux, même le persil ou la menthe, ont leurs bienfaits quand on les consomme »

Pouvoir des fleurs

« J’aime faire découvrir les plantes culinairement », explique Sarah Marti qui est fascinée par leurs bienfaits médicinaux. « Tous les végétaux, même le persil ou la menthe, ont leurs bienfaits quand on les consomme. » Parmi les plantes dites médicinales, elle propose le calendula, la bourrache ou bien l’armoise. « Je sais que leur consommation m’a été bénéfique mais je suis encore en apprentissage, je mets un point d’honneur à laisser des livres pour que les gens puissent faire leurs recherches eux-mêmes. »

Par contre, la jeune productrice dispense sans retenue les conseils en jardinage. On pourra apprendre à faire pousser des graines de chia ou de quinoa ou planter des fleurs qui attireront les abeilles en faisant fuir les nuisibles de son potager. « La plupart des aromates demandent peu d’entretien et peuvent être cultivés même sur un petit balcon et à l’intérieur : une fenêtre et de la lumière suffisent. »