Manifestation : 150 000 agriculteurs et éleveurs dans la rue à Madrid, contre la hausse des prix des carburants

Le monde rural a défilé dans le centre de la capitale espagnole à l’appel de la plateforme « Alliance rurale » qui affirme représenter quelque dix millions de paysans espagnols.

Sur cette pancarte : “Oui à la chasse”. Une référence aux mesures gouvernementales pour restreindre l’élevage de chiens de berger et la chasse.

Sur cette pancarte : “Oui à la chasse”. Une référence aux mesures gouvernementales pour restreindre l’élevage de chiens de berger et la chasse.

PIERRE-PHILIPPE MARCOU / AFP

« Ce gouvernement nous ruine, avec des carburants de plus en plus chers », explique Nora Guzmán, venue de Pozuelo de Alarcón, à l’ouest de Madrid, au volant de son tracteur.

« Il est temps de chercher des solutions » aux difficultés du monde rural « qui occupe 80 % du territoire », a déclaré à la presse Pedro Barato, président de la confédération patronale agricole, ASAJA. « Ça suffit ! Que le président du gouvernement espagnol arrête de voyager à l’étranger et qu’il commence à agir » en Espagne.

« Des normes incohérentes »

Le monde agricole entendait ainsi dénoncer l’envolée des prix des carburants et fertilisants, couplée avec une réduction des marges, et protester contre la désertification rurale et les mesures gouvernementales en faveur du bien-être animal, visant notamment à restreindre l’élevage de chiens de berger et de chasse.

« Aujourd’hui, on protège plus les animaux que les hommes » par « des normes incohérentes et absurdes que veut nous imposer le gouvernement », a déploré Fernando Sáez, un agriculteur qui avait fait le voyage de Cordoue, avec son chien de chasse.