Maison des solidarités à Talence : un lieu pour « remettre les gens sur pied »

Tout n’est pas encore en place, mais la vocation de la Maison des solidarités, inaugurée lundi 23 mai, à deux pas du Dôme et du stade nautique Henri Deschamps (toujours en travaux), semble offrir de réelles « perspectives de partenariat » aux six associations réunies dans cette nouvelle structure municipale, comme l’a souligné l’un des participants.

« Révolution fraternelle »

En effet, l’Association familiale, Espoir pour tous, les Restos du cœur, le Secours Populaire, Saint-Vincent-de-Paul et le Secours Catholique vont participer ensemble à ce qui a été présenté comme une « révolution fraternelle » par Emmanuel Sallaberry, le maire de Talence, au moment des discours. En présence de nombreux élus locaux et d’un beau parterre de bénévoles.

Des personnes qui partagent un même engagement en faveur de la solidarité

Ces bénévoles, justement, seront environ 200 à s’investir dans cet espace flambant neuf de 850 mètres carrés, conçu par l’architecte Antoine Esnard en bordure de l’avenue de Thouars. L’idée, selon la directrice du Centre communal d’action sociale (CCAS) de Talence Line Henard, « est d’essayer, par différents moyens, d’aider ceux qui en ont besoin, à se remettre sur pied ».

Au moment de la coupure du ruban, à la Maison des solidarités de Talence.

Au moment de la coupure du ruban, à la Maison des solidarités de Talence.

Claude Petit/ « SUD OUEST »

Les plus précaires, ceux qui ont du mal à boucler les fins de mois, qui sont isolés, ou encore ceux qui sont hébergés temporairement chez les uns, chez les autres et n’ont pas toujours une salle de bains à leur disposition, pourront être pris en charge ici. Ils rencontreront des personnes qui partagent un même engagement en faveur de la solidarité et agissent « dans le respect et la dignité » comme l’affirmait une représentante associative.

Mutualisation des lieux

« La mutualisation des lieux et des énergies est le socle de ce projet », a rappelé Emmanuel Sallaberry. Elle s’organise autour d’un programme commun présentant plusieurs grands axes tels que l’alimentaire, l’accès aux droits, l’accès aux soins de bien-être, des activités manuelles…

L’accueil sera assuré au quotidien par un agent du CCAS qui se chargera d’orienter, d’informer les usagers. « Pendant un an, quatre étudiants en diplôme d’État d’ingénierie sociale de l’IRTS (Institut régional du travail social) de Talence ont accompagné les futurs utilisateurs de la Maison des solidarités pour les aider à établir le règlement de fonctionnement, les projets de l’établissement et les valeurs partagées, soulignait un porte-parole de la municipalité. À l’issue de ces rencontres, il a été décidé d’instaurer une direction collégiale, afin que la synergie dégagée au cours de ces mois perdure ».