L’inquiétude gagne de nouveau les 2 600 salariés de Camaïeu

Au siège de Camaïeu, à Roubaix (Nord), le 29  mars  2021. Au siège de Camaïeu, à Roubaix (Nord), le 29  mars  2021.

L’affaire fait désordre. Vingt mois après sa reprise par la Financière immobilière bordelaise (FIB), à la barre du tribunal de commerce de la métropole de Lille, Camaïeu a été condamné en référé pour plus de 178 000 euros de loyers impayés à Poitiers, mercredi 8 juin. Le tribunal a assorti sa condamnation d’une décision d’expulsion du local que l’enseigne occupe dans la galerie marchande de l’hypermarché Leclerc, a révélé le quotidien La Nouvelle République.

« Camaïeu a interjeté appel », précise au Monde son avocat, Baptiste de Fresse de Monval. Cet appel est suspensif de la décision d’expulsion. Mais ce jugement a grandement ébranlé la confiance des salariés à l’égard de l’entreprise et de sa maison mère, la FIB, société créée par l’homme d’affaires bordelais Michel Ohayon.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés La Halle, Camaïeu, Naf Naf, André… Plus de 14 000 emplois menacés dans l’habillement

Car, depuis peu, les contentieux entre l’enseigne d’habillement féminin et ses bailleurs se multiplient. Unibail-Rodamco-Westfield lui reproche de ne pas honorer ses baux dans les centres commerciaux Carré Sénart et Toison d’Or, que la puissante foncière gère à Melun et à Dijon. Cora, qui exploite des galeries marchandes, a lancé une quinzaine de procédures de recouvrement pour des boutiques situées à Nancy, Strasbourg, Colmar, Cambrai (Nord), Creil (Oise) et Rennes, d’après nos informations.

L’ardoise de Camaïeu auprès de Cora s’élèverait à plus de 2 millions d’euros d’impayés. Celle auprès de Klépierre serait aussi de plusieurs millions d’euros, selon nos informations. Le gros propriétaire foncier a entamé une procédure au tribunal de commerce de la métropole de Lille pour impayés. Interrogée, la direction de Klépierre dit ne pas avoir « vocation à commenter les informations de cette nature ».

« Ce mode de gestion semble systématique »

De sources syndicales, Camaïeu ne verserait plus les loyers de près de la moitié de ses 517 magasins exploités en France. « Ce mode de gestion semble systématique », observe un avocat d’affaires (les personnes citées dont le nom n’apparaît pas ont souhaité garder l’anonymat). Bien que les impayés relèvent de périodes d’exploitation en 2022 ou fin 2021 durant lesquelles le gouvernement n’avait pas pris de mesures de fermeture administrative de magasins pour lutter contre la propagation du Covid-19, l’enseigne les « fait valoir » et en « fait état » pour justifier ce défaut de paiement, rapporte cet avocat.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés L’homme d’affaires bordelais Michel Ohayon reprend Camaïeu

De Roubaix (Nord), au siège social de Camaïeu, Wilhelm Hubner, président d’Hermione People & Brands, pôle des 1 098 magasins du groupe de Michel Ohayon exploités sous les enseignes Galeries Lafayette, Camaïeu, Gap, La Grande Récré et Go Sport, tient « d’abord » à rappeler « la situation de l’entreprise » depuis août 2020.

Il vous reste 55.44% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.