Ligne Bordeaux-Lyon : la coopérative Railcoop suspendue à l’engagement des banques

Railcoop, une coopérative basée à Figeac (Lot), a signé un accord avec SNCF Voyageurs et la région Auvergne-Rhône-Alpes pour racheter neuf autorails d’occasion. Elle en a pour le moment acquis deux – dont un a vocation à être démantelé pour fournir des pièces détachées à sa future flotte — qui ont été transférés aux ateliers ACC M à Clermont-Ferrand.

Les deux trains vont être auscultés en profondeur, de façon à optimiser leur rénovation.

Reporté sine die

« Aujourd’hui, la poursuite de l’acquisition des rames est cautionnée au bouclage du tour de table financier », a expliqué la directrice générale déléguée Alexandra Debaisieux, lors d’un point de presse à Clermont-Ferrand. Des négociations sont en cours avec des banques. « Certaines d’entre elles nous ont donné des accords de principe, mais il faut qu’on arrive à finaliser tout ça », a-t-elle ajouté, disant avoir « bon espoir que les choses atterrissent rapidement ».

Sur le même sujet


Trains : Railcoop, l’autre SNCF ?

Trains : Railcoop, l’autre SNCF ?

Au mieux, il faudra attendre mi 2022 pour l’entendre mais il faut bien reconnaître que l’annonce, sur les quais de la gare Saint-Jean, du départ imminent du « train Railcoop à destination de Lyon » devrait trancher radicalement d’avec la litanie des messages concernant les arrivées et départs de trains Inoui ou TER.

Railcoop pourra alors faire rénover par ACC M les huit rames nécessaires à l’exploitation de la liaison Bordeaux-Lyon. « Plus ça traîne, et plus la mise en service effective de la liaison Bordeaux-Lyon sera retardée. » D’abord annoncé pour juin, puis pour décembre, le lancement de la ligne a été reporté sine die.

« L’enjeu, c’est de démarrer au plus vite le service », a souligné le directeur général Nicolas Debaisieux, notant que la coopérative aux 12 000 sociétaires n’avait bénéficié d’« aucune subvention publique ».

La petite compagnie compte proposer deux allers-retours par jour entre Bordeaux, Périgueux, Limoges, Montluçon, Roanne et Lyon, en 7 heures 30 environ, ressuscitant une liaison transversale abandonnée par la SNCF en 2014.