Législatives : la Première ministre Élisabeth Borne en campagne dans le Calvados

Ce samedi 21 mai, Élisabeth Borne avait un plan de campagne très… campagne. Des communes rurales, un contact direct avec la population, le selfie facile… Si la polytechnicienne n’a pas l’habitude de chausser les bottes, elle a néanmoins affronté, un peu à la Chirac, cette confrontation carrée avec le terroir, en phase avec le mouvement social-réformiste qu’elle soutient, Territoires de progrès.

Elisabeth Borne en campagne à Villers-Bocage.

Elisabeth Borne en campagne à Villers-Bocage.

AFP

Accompagnée de son suppléant, Freddy Sertin, La Première ministre a visité une exploitation agricole de vaches Prim’holstein, à Bernières-le-Patry, près de Vire, puis rencontré, en déambulant dans les rues, selon un circuit très cadré, les habitants et commerçants de Villers-Bocage, au sud-ouest de Caen. Celle qui devra défendre la planification écologique poursuivait par une visite à Chicheboville où se tenait une journée éco-responsable.

A Villers-Bocage samedi arès-midi.

A Villers-Bocage samedi arès-midi.

AFP

Elsabeth Borne à la rencongre de la population à Villers-Bocage le 21 mai.

Elsabeth Borne à la rencongre de la population à Villers-Bocage le 21 mai.

AFP

Territoires

Échangeant avec les élus, les éleveurs, les habitants, elle a évoqué la guerre en Ukraine et son impact sur « les exploitations avec les engrais qui augmentent, tout comme l’énergie » ou encore « des mesures proposées dans le cadre d’un plan de résilience ». En faisant le distinguo entre ses deux casquettes, candidate à la députation et Première ministre, elle s’est gardée de commenter les annonces gouvernementales.

« Je suis dans la phase où j’ai besoin – c’est important pour moi – d’écouter les problématiques, les difficultés, les questions que se posent les habitants, les exploitants agricoles, les chefs d’entreprise, les élus”, a-t-elle confié à France 3.