La roue tourne à la Défense : le quartier d’affaires vu de l’atelier de réparation de vélos

L’atelier Cyclofix, à La Défense. L’atelier Cyclofix, à La Défense.

Quand il faut choisir une date pour la restitution de leur vélo, les clients s’assurent, en consultant leur smartphone, qu’ils travailleront bien « en présentiel » ce jour-là. Certains, pendant qu’un mécanicien change un câble de frein, entament une « visio ». L’atelier de réparation de vélos de la Défense, juste derrière la Grande Arche, vit avec les us et coutumes du quartier d’affaires.

L’atelier, exploité par la plate-forme Cyclofix, spécialisée dans la réparation de vélos à domicile, a pris place dans un gros cube bardé de miroirs, constitué de deux conteneurs collés l’un à l’autre, qui ne dépare pas dans cet univers minéral de tours étincelantes. A l’intérieur du local de 50 mètres carrés, tout est à sa place : les outils et pièces détachées rangés dans des casiers, les roues et pneus accrochés aux murs, un vélo en réparation suspendu par des sangles, un petit ordinateur posé sur un établi.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Tours à moitié vides, parvis déserté, restaurants sans clients… La crise existentielle du quartier de La Défense

Les clients se succèdent à un rythme régulier, ponctuels au rendez-vous qu’ils ont fixé en ligne, après avoir sommairement décrit les réglages à effectuer. Malgré cette tranquillité apparente, les réparateurs ne chôment pas. « Nous effectuons une dizaine de réparations par jour, trois mille depuis l’ouverture de l’atelier, en décembre 2020 », confie le responsable, Aurélien Dochler, qui ajoute : « Les gens nous trouvent sympas. » Une cliente, qui a besoin d’une nouvelle chambre à air pour la roue arrière de sa trottinette, vient justement de lui trouver une ressemblance avec Leonardo DiCaprio (quand il était jeune).

Surreprésentation des vélos électriques

Contrairement à une idée reçue, « on ne voit pas tant de cadres en costard », lâche Morgan Dobrigna, l’un des réparateurs. « Beaucoup de salariés profitent de leur trajet matinal pour faire du sport, et se changent en arrivant », complète-t-il. Certaines entreprises du CAC 40 mettent un point d’honneur à équiper leur siège social de vestiaires et de douches.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Tours à moitié vides, parvis déserté, restaurants sans clients… La crise existentielle du quartier de La Défense

La singularité de la Défense s’insinue jusque dans les pédaliers et les patins de frein. Signe du niveau élevé de revenu des usagers, une petite moitié des réparations concerne des modèles à assistance électrique, qui ne comptaient que pour un quart des ventes nationales de vélos en 2021. « Les freins des modèles électriques s’usent davantage, car les gens roulent plus vite. Nous leur conseillons d’actionner les vitesses et pas seulement les niveaux d’assistance », explique M. Dochler.

L’atelier constitue un bon poste pour observer l’évolution récente du quartier d’affaires. Lorsque Cyclofix s’est installé dans ses conteneurs, la France sortait d’un confinement, les restaurants restaient fermés, et le télétravail demeurait la règle dans le secteur tertiaire. Les mécaniciens recevaient surtout les habitants des alentours. Depuis un an, la Défense revit, grâce au retour progressif du travail dans les tours, interrompu ou accéléré au fil des saisons et en fonction des vagues et des variants.

Il vous reste 48.14% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.