La Rochelle : le Yachtman se prépare à monter en gamme

Le renouveau de l’établissement emblématique de la ville, dirigé pendant près de quarante ans par le chef Jacques Le Divellec, racheté par le groupe breton LG6 en 2011, est à ce prix. Et quel prix !

« On a déjà dépensé plus de la moitié du budget prévu pour le chantier », confie Pierre Lardy, qui prépare la transformation du Yachtman depuis 2017. La mise aux normes et le rafraîchissement de l’hôtel-restaurant ont été estimés à l‘époque à 3 millions d’euros. C’était avant la pandémie, le contexte économique difficile de ce début d’année, les devis qui explosent et les quelques « surprises » qui accompagnent parfois un chantier de rénovation. Il va sans dire que le financement du projet dépasse désormais le coût initial. « La seule mise aux normes revient à 500 000 euros », indique Pierre Lardy.

Pierre Lardy, directeur du Yachtman.

Pierre Lardy, directeur du Yachtman.

FREDERIC ZABALZA/ « SUD OUEST »

« Repositionnement commercial »

Au titre de la « modernisation des sites de loisirs et des hébergements touristiques », le Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine vient de voter une aide de 75 000 euros, pour permettre au Yachtman « de monter en gamme tout en répondant à une attente clientèle de plus en plus exigeante ».

« C’est un repositionnement commercial, précise le directeur, qui n’aura pas pour effet de changer de catégorie. Nous allons offrir des services dignes d’un quatre, voire cinq étoiles : lingerie, blanchisserie, couverture [préparation des chambres]. Mais l’hôtel, qui je le rappelle a été construit comme un quatre étoiles, restera en trois étoiles, pour garder des prix raisonnables. J’ai augmenté cette année le prix des chambres, qui n’avait pas bougé depuis huit ans. »

Le chantier se décline en deux phases : en 2022, la rénovation du bâtiment Saint-Nicolas (37 chambres sur cinq étages), « plus tard », l’année suivante si tout va bien, le bâtiment Valin (9 chambres, salle petit-déjeuner, réception, services communs). Les travaux visent à moderniser les chambres (revêtement, décoration, mobilier), les salles de bains, l’isolation thermique et phonique et les parties communes (couloir, escalier, ascenseur), mais aussi les menuiseries, le carrelage, les peintures, l’électricité, la climatisation… « On fait travailler un maximum d’entreprises locales, ou en tout cas françaises », souligne Pierre Lardy. Le Yachtman nouvelle version jouera aussi la carte environnementale : respect des normes HQE (haute qualité environnementale), radiateurs et ampoules électriques renouvelés.