Justice : dans les coulisses d’une audience des tutelles en Dordogne

Première affaire. Une dame…

Première affaire. Une dame de 88 ans dont la sœur a demandé qu’elle soit protégée. « Elle souhaite une curatelle simple, annonce Hélène Virecoulon. Vous continuez à gérer votre budget et vos papiers toute seule. » « Ça, je veux », confirme l’octogénaire. « Mais pour les décisions importantes, il faut l’accord de quelqu’un de votre famille. Vous voulez que ce soit qui ? » La vieille dame n’hésite pas : « Ma sœur. » « Mais vous sentez que vous en avez besoin ? », interroge la juge. « Ah non ! », s’offusque la justiciable.

Sur le même sujet


Tutelles et curatelles : des vies sous protection

Tutelles et curatelles : des vies sous protection

Les personnes sous tutelle ou curatelle doivent être accompagnées dans les actes du quotidien. C’est le rôle des mandataires judiciaires, dont le métier est particulièrement difficile. Reportage en Dordogne

Alors, la juge tente la persuasion : « Votre famille pense qu’il y a chez vous des éléments de vulnérabilité. La curatelle vous protège contre les abus. Si des démarcheurs vous forcent à signer un contrat, ce sera annulable. » La dame aux cheveux blancs réfléchit : « C’est pas mal. Ça me rassure. Enfin… c’est pas possible d’en arriver là ! »

« On adaptera la mesure »

Une fois terminé ce face-à-face avec la personne qui bénéficie des mesures, les autres membres de la famille entrent. La sœur de la dame réexplique qu’elle veut « la protéger pour qu’elle reste chez elle ». Mais la fille de la femme de 88 ans n’est pas contente : « Je n’ai pas eu mon mot à dire, peste-t-elle. Je préférerais qu’on confie la tutelle à une personne extérieure. Elle ne doit pas être chapeautée. »

Le fils adoptif s’oppose : « J’habite à côté, il n’y a pas nécessité d’avoir recours à une tierce personne. » Le fils naturel confirme : « Ma mère est libre de choisir qui elle veut. »