Industrie : « Aubert & Duval est un bon exemple de ces ETI qui constituent des maillons essentiels de certaines filières »

A&D, qui emploie 3 600 salariés, fabrique des matériaux et des pièces sensibles pour l’aéronautique, le nucléaire et la défense. A&D, qui emploie 3 600 salariés, fabrique des matériaux et des pièces sensibles pour l’aéronautique, le nucléaire et la défense.

Chronique. La France veille de plus en plus à la protection des entreprises qu’elle juge « stratégiques ». Le groupe minier Eramet va enfin pouvoir céder en toute sécurité son activité dans les alliages métalliques à haute performance et se recentrer sur la production de nickel, de manganèse et de lithium, trois minerais essentiels à la transition écologique. Après un examen attentif de ses comptes et de ses process industriels, un consortium regroupant Airbus, le motoriste Safran et Tikehau Ace Capital, le fonds créé en 2020 pour renforcer la filière aéronautique, reprendra Aubert & Duval (A&D) sur la base d’une valeur d’entreprise de 95 millions d’euros par le biais d’une holding détenue à parts égales.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Défense : veto de la France au rachat de Photonis par Teledyne

Le gouvernement a été vigilant, comme il y a un an avec le spécialiste de la vision nocturne Photonis, fournisseur de plusieurs armées, ou plus récemment avec le fabricant de la turbine Arabelle des centrales nucléaires, en passe d’être racheté par EDF après sa vente par Alstom à General Electric, en 2014. L’Etat conservera un droit de regard sur l’entreprise à travers une « action spécifique » (golden share), un pouvoir qu’il détenait déjà avec le propriétaire Eramet pour empêcher la cession ou la montée au capital d’un acquéreur indésirable.

Défaillances

A&D fabrique, en effet, des matériaux et des pièces sensibles pour l’aéronautique, le nucléaire et la défense (sous-marins, Rafale, missiles…). Il emploie aussi 3 600 salariés, dont une grande partie sur ses 14 sites français, dont les usines des Ancizes (Puy-de-Dôme) et de Pamiers (Ariège). Ce qui en fait un bon exemple de ces entreprises à taille intermédiaire qui constituent des maillons essentiels de certaines filières industrielles, tout en faisant vivre les régions éloignées des métropoles.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés L’Etat et les Duval s’opposent sur le sort de la PDG du groupe métallurgique et minier Eramet

La société a été au cœur des tensions entre la famille Duval, actionnaire majoritaire d’Eramet, et Christel Bories, PDG d’Eramet. En 2018, peu après sa nomination, elle avait lancé un audit de sa filiale, qui avait révélé des défaillances de l’usinage et du contrôle de pièces destinées aux réacteurs nucléaires d’EDF. Guillaume Faury, président d’Airbus, se fait fort de « restaurer l’excellence opérationnelle » d’une entreprise qui réduit « le risque géopolitique d’approvisionnement » pour l’avionneur. Et Olivier Andriès, directeur général de Safran, se réjouit d’une opération assurant « une souveraineté nationale » aux programmes de moteurs civils et militaires les plus disruptifs.