Immobilier dans le Médoc : le ticket d’entrée de plus en plus cher

Sur le même sujet


Immobilier en Gironde : notre dossier

Immobilier en Gironde : notre dossier

L’immobilier en Gironde ne connaît pas la crise. Si à Bordeaux les prix ont, par endroits, tendance à se tasser, d’autres villes moyennes, au contraire, connaissent une embellie inédite. Des villas du bassin d’Arcachon, aux banlieues de Libourne et de Langon, retrouvez notre dossier complet

Libourne, nouvelle banlieue de Bordeaux

Le marché immobilier du Nord-Gironde profite de l’arrivée de Bordelais à la recherche d’un cadre de vie plus agréable. Les prix s’en ressentent.

Les tarifs au m² grimpent aussi en Nord-Gironde, comme pour cette demeure de Lugon-et-l’Ile-du-Carney.

Les tarifs au m² grimpent aussi en Nord-Gironde, comme pour cette demeure de Lugon-et-l’Ile-du-Carney.

Photo AJP Immobilier Libourne

Reliée par l’A 89 et par le rail à Bordeaux, Libourne est devenue une destination de choix pour les Bordelais désireux d’améliorer leur cadre de vie. « Le marché immobilier local profite de cet afflux de ménages qui souhaitent s’offrir une meilleure qualité de vie en acquérant sur place des habitations plus spacieuses et plus agréables, à des tarifs plus raisonnables », constate Françoise Millet (AJP Immobilier Libourne). « Évidemment, les prix s’en ressentent. Cours Tourny, une maison en pierre de 107 m² a été négociée 310 000 euros. Un an plus tôt, elle serait partie autour de 280 000 euros. » L’inflation ne s’arrête pas aux portes de Libourne. À Izon, une habitation de 100 m² dotée de 700 m² de jardin s’est vendue 285 000 euros. Il y a deux ans, 250 000 euros auraient été suffisants.

Carte des prix du mètre carré en Gironde.

Carte des prix du mètre carré en Gironde.

Langon séduit toujours plus

Accédants et investisseurs apprécient cette ville du Sud-Gironde pour la qualité de ses infrastructures et pour ses tarifs encore raisonnables.