Immobilier au Pays basque : des mesures pour libérer les logements

Fin novembre à Bayonne, une manifestation a réuni 8 000 personnes pour « réclamer le droit de vivre et de se loger au pays »

Ceux qui vivent et travaillent au Pays basque n’en peuvent plus. La grogne monte, des agences immobilières sont taguées, des promoteurs immobiliers ciblés, et les pouvoirs publics s’inquiètent de cette agressivité grandissante. Fin novembre à Bayonne, une manifestation a réuni 8 000 personnes pour « réclamer le droit de vivre et de se loger au pays ». Le moindre projet immobilier qui sort de terre dans les communes dites du rétrolittoral est contesté. Les communes font tout pour préempter la moindre parcelle de terres qui se libère afin d’éviter la spéculation foncière.

Dispositif Loc’Avantages

Au point qu’en début d’année, le préfet des Pyrénées-Atlantiques a décidé de prendre des mesures fortes pour inciter les propriétaires de logements vacants à les libérer au profit des familles du territoire. Il a réuni un comité de pilotage du logement qui regroupe les principaux acteurs en vue de réguler le marché. Avec le dispositif Loc’Avantages (1), il prévoit de « rétablir une équité fiscale pour les propriétaires bailleurs », alors que les loueurs de meublés touristiques étaient jusque-là avantagés. L’État permet aussi au Pays basque d’expérimenter l’encadrement des loyers et de renforcer le déploiement du bail réel et solidaire. Le préfet se dit prêt à user de son droit de dérogation si de nouveaux outils de régulation du marché étaient proposés par les élus locaux.

Sur le même sujet


Immobilier au Pays basque et en Béarn : notre dossier

Immobilier au Pays basque et en Béarn : notre dossier

Si au Pays basque, et particulièrement sur la côte, les prix n’en finissent plus de grimper, en Béarn, le marché bénéficie toujours de prix attractifs. De la banlieue paloises aux villas cossues de l’Océan, retrouvez tous nos articles sur l’immobilier dans les Pyrénées-Atlantiques

Ces incitations ne se sont pas fait attendre. Le 5 mars, la communauté d’agglomération Pays basque (qui regroupe les 158 communes du territoire) a voté le principe de compensation des meublés touristiques. Celui qui loue un meublé pour la saison doit obligatoirement en proposer un autre à la location à l’année. Cela devrait concerner une part des 16 000 meublés disponibles sur le marché des plateformes touristiques au Pays basque. Seuls les logements loués à des étudiants au moins neuf mois profiteront d’une dérogation. Une mesure forte que la majorité des élus du territoire ont adoptée. La riposte ne s’est pas fait attendre. Début mai, une cinquantaine de propriétaires et des professionnels ont déposé un recours en justice contre cette délibération.

Carte des prix du mètre carré de l’immobilier dans les Pyrénées-Atlantiques.

Carte des prix du mètre carré de l’immobilier dans les Pyrénées-Atlantiques.

Pour tenter d’endiguer la colère des manifestants, les élus en appellent au législateur et profitent de ce printemps électoral pour sonder les candidats les plus à même de protéger le logement abordable au Pays basque. Sous peine de le voir à terme déserté par ses habitants, reportés dans le sud des Landes, et devenir une simple résidence touristique à ciel ouvert.