Immobilier à Bayonne : les prix quartier par quartier

En l’absence de programmes immobiliers neufs, c’est le marché de l’ancien qui donne le ton. Dans le Grand Bayonne, la hausse des prix affiche un ralentissement certain. Comptez autour de 3 500 euros/m² pour un appartement à rénover et entre 4 200 et 5 000 euros/m² pour un logement en bon état, voire un peu plus du côté de la rue d’Espagne…

En l’absence de programmes immobiliers neufs, c’est le marché de l’ancien qui donne le ton. Dans le Grand Bayonne, la hausse des prix affiche un ralentissement certain. Comptez autour de 3 500 euros/m² pour un appartement à rénover et entre 4 200 et 5 000 euros/m² pour un logement en bon état, voire un peu plus du côté de la rue d’Espagne ou de la rue Thiers, qui sont aujourd’hui les secteurs les plus en vogue. De l’autre côté de la Nive, dans le Petit Bayonne, si les prix continuent à progresser à un rythme un peu plus élevé que dans le Grand Bayonne, ils se stabilisent eux aussi entre 3 300 euros et 4 500 euros/m².

Sur le même sujet


Immobilier au Pays basque et en Béarn : notre dossier

Immobilier au Pays basque et en Béarn : notre dossier

Si au Pays basque, et particulièrement sur la côte, les prix n’en finissent plus de grimper, en Béarn, le marché bénéficie toujours de prix attractifs. De la banlieue paloises aux villas cossues de l’Océan, retrouvez tous nos articles sur l’immobilier dans les Pyrénées-Atlantiques

Les Arènes/Beyris

Dans le neuf comme dans l’ancien, faute de biens, le marché est quasiment inexistant aux Arènes, toujours le quartier le plus prisé de Bayonne. Les rares maisons mises en vente partent très vite, souvent au-delà du million d’euros, et le prix des appartements anciens oscille entre 5 000 et 6 000 €/m². Étonnamment, c’est le quartier de Beyris, limitrophe mais aussi plus excentré, qui tire son épingle du jeu. Pour un prix équivalent à celui des Arènes, Beyris attire une nouvelle clientèle séduite par la qualité environnementale et la superficie des parcelles, qui sont généralement un peu plus grandes.

Carte des prix du mètre carré dans les Pyrénées-Atlantiques.

Carte des prix du mètre carré dans les Pyrénées-Atlantiques.

Marracq/Saint-Léon

Proches du centre-ville et au calme, doté de très nombreux équipements (hôpital, écoles, stades, etc.), les quartiers de Marracq et de Saint-Léon ont toujours la cote. En raison de la pénurie de logements neufs dans le centre-ville, les quelques programmes en cours de réalisation sont commercialisés à des prix très élevés, entre 6 000 et 8 000 €/m². Dans l’ancien, il faut débourser 800 000 euros minimum pour une maison sans trop de travaux à prévoir et autour de 4 500 à 5 000 euros/m² pour un bel appartement. Certaines résidences restent toutefois plus accessibles, à partir de 3 500 euros/m² pour un logement à rénover.

Rive droite

L’écoquartier du Séqué, plus éloigné du centre mais aussi plus verdoyant, où les prix oscillent entre 4 000 à 4 500 euros/m².

L’écoquartier du Séqué, plus éloigné du centre mais aussi plus verdoyant, où les prix oscillent entre 4 000 à 4 500 euros/m².

Bruno Fay

Le quartier Saint-Esprit, le plus proche du centre-ville, connaît ces dernières années un engouement soutenu grâce à la rénovation du quartier et au passage du Tram’bus. Dans l’ancien, les prix s’échelonnent de 4 000 euros/m² à plus de 6 000 euros le long des quais. Des prix presque équivalents à ceux du neuf, qui s’établissent entre 4 500 et 5 000 euros/m². Légèrement en retrait, le secteur de Sainte-Croix reste plus abordable avec des appartements à moins de 3 000 euros/m². La vraie nouveauté tient au retour en grâce de l’écoquartier du Séqué, plus éloigné mais aussi plus verdoyant, avec des prix entre 4 000 à 4 500 euros/m².