Guerre en Ukraine : l’industrie automobile girondine « dans un triangle des Bermudes »

En temps normal, Jean Charles Palau dispose d’un stock de 300 véhicules neufs pour sa marque phare, Ford. Aujourd’hui, il en compte 31. De deux mois et demi de délai maximum dans les commandes, il est passé à huit mois. Il faut aussi compter sur un effet propre à l’hexagone : le marché français est « trop fiscalisé au goût des constructeurs (la taxe CO2), qui privilégient donc d’autres pays, plus rentables. » En avril 2022, le marché français de voitures neuves a encore reculé de 22,6 % soit – 42,23 % par rapport au niveau d’avant crise en 2019, selon les chiffres de la plateforme automobile, PFA.

La fin d’un modèle ?

Sa voiture acquise en leasing, Pascal doit la changer en septembre. Il paiera le même tarif de location, mais avec des options en moins. Responsable territorial de Mobilias, Thierry Benteyn (1) confirme des variations de tarif sur les pièces fabriquées en Ukraine, notamment les vitrages, les faisceaux électriques, les pneumatiques. « Cela engendre, au-delà de la variation de coût, des retards de livraison. Sur la partie fabrication, quand il manque des pièces, les délais s’allongent. Sur la partie exploitation, les budgets explosent. »

En avril 2022, le marché français de voitures neuves a encore reculé de 22,6 %

Les matériaux manquent à la fabrication et les prix des voitures sont de plus en plus instables. Les marges du constructeur diminuent, du fait de la hausse générale des matières premières et de l’énergie. « Du coup, chez bon nombre d’entre eux, enchaîne Jean-Charles Palau, les prix ne sont plus figés après commande. Or, nous, distributeurs, sommes soumis à un engagement contractuel de garantie du prix, quel que soit le délai de livraison. Sauf que ces délais dérapent, et les prix augmentent. On nous transfère la responsabilité de garantie de prix, et on se retrouve à vendre à perte. » En clair, le distributeur est coincé entre les constructeurs et les clients qu’il doit ménager.

Pneumatiques et énergie

L’envol du coût de l’énergie se répercute sur l’aluminium et l’acier, mais pas seulement. La peinture de carrosserie fonctionne au gaz, les fonderies pour les châssis aussi. Thierry Benteyn souligne que de nombreux carrossiers sont en difficulté : « Ce sont de gros consommateurs d’énergie. Quand le gaz prend 30 ou 40 % ça devient très compliqué. » Les pneus encaissent aussi le choc : Alzura Tyre24, plateforme européenne de pneumatiques, a analysé les hausses de prix par marques. Entre février-mars 2021 et 2022, les cinq marques les plus demandées ont toutes augmenté leurs tarifs de plus de 11 %. « Une partie des pneus vient d’Asie, on peut encore en trouver. En Europe, c’est beaucoup plus compliqué », expose Diane Duvert, directrice de Sovia, une concession girondine de véhicules industriels.

Sur le même sujet


L’économie girondine sous tension au premier trimestre 2022

L’économie girondine sous tension au premier trimestre 2022

La guerre en Ukraine génère des tensions sur les prix et les marges… Selon le baromètre de l’économie girondine, publié par la CCI Bordeaux Gironde, un tiers des dirigeants girondins ont subi une perte de leur chiffre d’affaires au premier trimestre 2022

Jean Charles Palau président du groupe du même nom, distributeur girondin de véhicules neufs et d’occasion. 

Jean Charles Palau président du groupe du même nom, distributeur girondin de véhicules neufs et d’occasion. 

Archives Laurent Theillet/ « Sud Ouest »

« Sur la partie fabrication, quand il manque des pièces, les délais s’allongent. Sur la partie exploitation, les budgets explosent »

« Brouillard complet »

« On est dans le brouillard complet », souffle Jean Charles Palau, qui, pour garder ses équipes, subventionne l’exploitation et assure les fins de mois à ses employés. Le chef d’entreprise (plus de 200 collaborateurs) dit n’avoir aucune information à moyen ou long terme. « C’est le triangle des Bermudes, les informations peuvent changer plusieurs fois dans la même semaine. » Toutes les prévisions sont mises à mal avec la guerre en Ukraine, la pénurie risque de durer et même s’enliser avec le blocage sanitaire de la Chine. Pour combien de temps ? Mystère. Les véhicules d’aujourd’hui, inachevés, sortent d’usine non livrables au client, sont stockés sur des parcs, pour… on ne sait pas combien de temps. Syndicat et entrepreneurs ne sont sûrs que d’une chose : pas de retour à la normale avant dix-huit ou vingt-quatre mois.