Guerre en Ukraine : explosions à Odessa, la région de Kiev « libérée » mais menacée d’exactions

Une série d’explosions a été entendue dimanche matin à Odessa, ville côtière de la mer Noire dans le sud-ouest de l’Ukraine. Les explosions, survenues vers 6 heures du matin, ont envoyé au moins trois colonnes de fumée noire et des flammes visibles, apparemment dans une zone industrielle.

Toute la région de Kiev « libérée »

Les Ukrainiens ont repris le contrôle de la totalité de la région de Kiev après le retrait des forces russes de villes-clés situées autour de la capitale, a annoncé samedi la vice-ministre ukrainienne de la Défense. Les localités d’« Irpin, Boutcha, Gostomel et toute la région de Kiev ont été libérées de l’envahisseur », a-t-elle affirmé.

Les forces russes opèrent un « retrait rapide » des régions de Kiev et de Tcherniguiv, dans le nord du pays, et ont pour objectif de se redéployer vers l’est et le sud, avait estimé plus tôt samedi un conseiller présidentiel ukrainien.

Mais les Russes, en se repliant « d’eux-mêmes » ou après des combats, laissent derrière eux « un désastre total et de nombreux dangers », a dénoncé le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, sur Facebook. « Les bombardements peuvent se poursuivre », a-t-il mis en garde, accusant aussi les militaires russes de « miner les territoires qu’ils quittent, des maisons, des munitions et même des cadavres ».

Après plus d’un mois de confit, l’Ukraine découvre l’ampleur des dégâts dans la région de Kiev.

Après plus d’un mois de confit, l’Ukraine découvre l’ampleur des dégâts dans la région de Kiev.

RONALDO SCHEMIDT/AFP

Fosses communes à Boutcha près de Kiev

Près de 300 personnes ont dû être enterrées « dans des fosses communes » à Boutcha, ville au nord-ouest de Kiev et théâtre de féroces combats, qui vient d’être reprise par les soldats ukrainiens. « Dans certaines rues, on voit 15 à 20 cadavres sur le sol », mais « je ne peux pas dire combien il y en a encore dans des cours, derrière les palissades », a-t-il poursuivi.

Manifestation réprimée dans une ville occupée

Une manifestation de civils à Energodar, une ville du sud de l’Ukraine occupée par les forces russes, a été dispersée par des tirs de mortiers et de grenades assourdissantes qui ont fait quatre blessés, a annoncé une responsable ukrainienne.

Les Etats baltes cessent d’importer du gaz russe

Les Etats baltes ont cessé d’importer du gaz naturel russe qui « n’est plus acheminé vers la Lettonie, l’Estonie et la Lituanie depuis le 1er avril », a indiqué samedi le dirigeant de l’entreprise de stockage lettone Conexus Baltic Grid.

Sur Twitter, le président lituanien Gitanas Nauseda a également appelé le reste de l’Union européenne à suivre l’exemple des pays baltes. Selon Eurostat, en 2020, la Russie comptait pour 93 % des importations estoniennes de gaz naturel, 100 % des importations lettones et 41,8 % des importations lituaniennes.

Impact de la guerre sur la croissance de l’OCDE

L’invasion russe de l’Ukraine pourrait coûter « un point à un point et demi » de croissance à l’Europe, en fonction de la durée du conflit, tandis que l’inflation pourrait encore augmenter « de deux points à deux points et demi », a estimé la cheffe économiste de l’OCDE, Laurence Boone, auprès du Journal du Dimanche.

Un négociateur ukrainien évoque un accord oral avec Moscou

Le négociateur en chef ukrainien dans les pourparlers de paix avec la Russie, David Arakhamia, a affirmé que Moscou avait accepté « oralement » les principales propositions ukrainiennes, ajoutant que Kiev attendait désormais une confirmation écrite.

S’exprimant dans une émission télévisée, il a laissé entendre que les discussions visant à mettre fin aux hostilités avaient considérablement avancé. « La Fédération de Russie a donné une réponse officielle à toutes les positions (ukrainiennes), à savoir qu’elle les accepte, sauf en ce qui concerne la question de la Crimée », annexée par Moscou en 2014, a assuré David Arakhamia.

Le pape fustige l’invasion russe

Le pape François a fustigé samedi à Malte l’invasion russe de l’Ukraine, où il a dit envisager de se rendre prochainement, à l’invitation du président Zelensky. « Quelque puissant, tristement enfermé dans ses prétentions anachroniques d’intérêts nationalistes, provoque et fomente des conflits », a-t-il déclaré en allusion au président russe Vladimir Poutine.