Grève au CHU de Toulouse : l’hôpital n’accueillera que les « urgences vitales »

Dans son communiqué, le CHU de Toulouse a ainsi invité les patients ne nécessitant pas une prise en charge « urgente » par le SAMU à contacter les établissements privés de santé, leur médecin traitant ou la maison médicale de garde la plus proche, à partir de lundi 18 heures.

Par ailleurs, la direction du CHU a sollicité l’agence régionale de santé (ARS) d’Occitanie pour la mise en place d’un plan blanc, selon les syndicats hospitaliers.

« Le mépris continue »

La journée de grève de lundi, organisée notamment par le syndicat majoritaire CGT, intervient moins d’une semaine après une forte mobilisation des syndicats et collectifs hospitaliers à travers toute la France, pour réclamer des hausses de salaires et d’effectifs.

« Le mépris continue envers le personnel des urgences. Les revendications pourtant simples et de bon sens des agents sont encore brutalement refusées par la direction », a indiqué la CGT dans un communiqué, appelant à une « grève totale ».

Sur le même sujet


À Bordeaux, les soignants balancent leurs blouses

À Bordeaux, les soignants balancent leurs blouses

Environ 200 soignants ont manifesté mardi 7 juin dans les rues de Bordeaux, pour défendre les urgences et l’hôpital public. Comme un ultime coup d’épée dans l’eau. « L’urgence est absolue au CHU ! » selon les syndicats

« Aux urgences, nous travaillons dans des conditions inacceptables, avec un seul binôme infirmier/soignant pour 25, voire parfois 40 patients », a affirmé Julien Terrié, un représentant syndical CGT, pointant une « mise en danger des patients ».

Les représentants syndicaux des urgences psychiatriques de Purpan ont également annoncé se joindre à la grève « pour dénoncer les conditions d’accueil des patients […] qui se dégradent dangereusement depuis plusieurs années ».