Grand Prix de Pau : « On retrouve une visibilité qu’on n’a pas connue depuis longtemps »

En regardant le programme, l’événement fait la part belle à la transition énergétique et aux nouvelles mobilités, tant sur la piste qu’en dehors. « Le moteur thermique, ce n’est plus dans l’air du temps », déclare Claude Ferrato, chargé sport à l’agglo…

En regardant le programme, l’événement fait la part belle à la transition énergétique et aux nouvelles mobilités, tant sur la piste qu’en dehors. « Le moteur thermique, ce n’est plus dans l’air du temps », déclare Claude Ferrato, chargé sport à l’agglo en conférence de presse. Le ton est donné.

Une 79e édition remaniée

Pour son retour, du 6 au 8 mai, le Grand Prix veut frapper fort, mêlant innovation et grand spectacle, avec en tête d’affiche, la première manche de la Coupe du monde de tourisme WTCR, qui roulera au carburant bas carbone. Plusieurs exclusivités sont annoncées, comme le lancement de la première Coupe du monde de tourisme électrique ETCR, avec recharge hydrogène depuis Pau, ou la F4 qui passe au carburant bas carbone à 100 %. L’Euroformula Open, l’équivalent de la F3, déjà sur la piste en 2019, sera également présente pour cette édition. Elle sera la seule course au carburant fossile du week-end.

La coupe Adour Océan, saveur locale de l’événement avec 47 pilotes palois sur 54, accompagne également la transition énergétique en roulant au super éthanol bio carburant pour les nocturnes de vendredi et samedi soir.

« Il y a beaucoup d’attentes, révèle Eric Dournès de Créa SUD. Ce week-end sera suivi par plus de 35 chaînes de télévision. » France Télévisions retransmettra l’ensemble des courses gratuitement. « On retrouve une visibilité qu’on n’a pas connue depuis longtemps ».

Le week-end intermédiaire du 14 mai, les deux roues seront à l’honneur avec la coupe internationale E-trial et du 20 au 22 mai le Grand Prix Classic de Pau rendra hommage aux anciens bolides de course. Les organisateurs espèrent accueillir 70 000 personnes sur les six jours de Grand Prix.


L’euroformula Open, l’équivalent de la F3, déjà sur la piste en 2019, sera également présente pour cette 79e édition.


L’euroformula Open, l’équivalent de la F3, déjà sur la piste en 2019, sera également présente pour cette 79e édition.

Quentin TOP (Pau)

Un week-end d’animations

Pour la première fois dans l’histoire du Grand Prix, des démonstrations auront lieu pour mettre en avant des véhicules à la pointe de la nouvelle mobilité. « Les démonstrations sur piste vont rythmer le week-end, puis elles seront en présentation au village des nouvelles mobilités », précise Eric Dournès. Ce village, installé à la halle Sernam, sera accessible à tous ceux dans l’enceinte du Grand Prix.

Le vendredi 6 mai, de 9 h 30 à 20 h 30, les Rencontres européennes se tiendront au Palais Beaumont. « L’idée est d’installer Pau comme hub des nouvelles mobilités durables, indique Valérie Demangel de l’agglo de Pau. On veut réunir autour de la table les experts européens, dresser une trajectoire réaliste pour ce mix de la mobilité. » Les nombreuses tables rondes sont gratuites, et l’inscription se fait en ligne.

Prix et fréquentation

Les places sont de 30 euros par jour pour un accès à la Palmeraie, aux animations et paddocks, et de 45 euros pour, en plus, une place en tribune. Il faut compter 10 euros de moins pour les enfants de 12 à 18 ans, et le tout est gratuit pour les moins de 12 ans. Les tickets sur trois jours font économiser entre 20 et 30 euros.

Le samedi soir sera gratuit pour tous à partir de 19 heures, afin d’assister aux expositions. Les organisateurs conseillent de passer par l’entrée de la place Beaumont, ou des activités pour les jeunes sont prévues.

La grille des tarifs.

La grille des tarifs.

Pau Motors Festival