Grand Périgueux : un nouveau magasin Biocoop pour une belle histoire de famille

« Lieu de vie »

Depuis plusieurs jours, la famille s’active dans l’ancien Lidl de Trélissac (Dordogne). L’enseigne de produits bio, locaux et de saison, issus du commerce équitable, quitte les 600 m² du bâtiment situé avenue Michel-Grandou pour cet espace plus grand – 900 m² – et situé au cœur de la zone commerciale La Feuilleraie.

Biocoop s’installe dans les anciens locaux de Lidl.

Biocoop s’installe dans les anciens locaux de Lidl.

Stéphane Klein/ « Sud Ouest »

L’heure est aux derniers coups de marteau et au remplissage des rayons. Mercredi 11 mai, à 9 heures, les habitués du Grain d’or (qui existe depuis trente ans) et les curieux pourront découvrir un nouvel espace de vente, que le gérant dépeint comme « un lieu de vie ». « On a développé le vrac, on pourra retrouver plus de 400 produits, insiste Éric Checchia. On pourra également trouver une partie snacking et une autre restauration bio. Chaque jour, on pourra déguster des plats préparés par un cuisinier qui pourra même réaliser des plats à la demande. »

Biocoop ouvre mercredi 11 mai.

Biocoop ouvre mercredi 11 mai.

Stéphane Klein/ « Sud Ouest »

Derrière les fourneaux, on retrouvera donc Enzo Checchia, cuisinier de métier, revenu travailler en famille il y plus d’un an : « On envisage aussi de mettre en place des cours de cuisine. L’idée, c’est de mettre en avant les produits locaux et de saison avec des recettes simples. »

Prix du bio

Un moyen d’attirer une nouvelle clientèle, alors que la concurrence se durcit dans le secteur du bio. « La grande distribution fait énormément de publicité autour du bio, donc les clients réfléchissent. Il faut qu’ils comprennent que chez nous, on est contrôlés à tous les niveaux, tant sur les produits qu’au niveau social. On a un pourcentage limité de CDD et tous les employés sont payés 10 % au-dessus du Smic. Mais l’éthique a un prix. » « C’est celui établi par les producteurs, abonde Natalie Checchia. On travaille avec des locaux, ça fait partie de la charte. On ne négocie jamais à la baisse avec eux. Leur prix, c’est le nôtre. »

« On ne négocie jamais à la baisse avec eux. Leur prix, c’est le nôtre »

Pour les travaux, la famille Checchia a bien entendu fait appel à des entreprises et artisans locaux. « On doit respecter quelques directives mais nous ne sommes pas bridés. Biocoop est une coopérative, pas une franchise », précise Éric Checchia, au milieu des rayons qui font une large place au bois, des îlots de vente jusqu’à la poissonnerie.

« Depuis que nous sommes arrivés en Dordogne, en 2019, on a refait les magasins », rappelle Éric Checchia, qui a placé à la tête de ce petit empire d’une trentaine d’employés des personnes de confiance : sa fille, Ambre, s’occupe du local de Notre-Dame tandis que son compagnon, Éliot Buffet, gère la boutique de Périgueux. À Chancelade, c’est Marion Alegria-Carrea, la compagne d’Enzo Checchia, qui est aux manettes. Une histoire de famille, on vous dit.