Gironde : les métiers du vin recrutent toujours et le font savoir

Le nombre d’emplois liés au vin a régulièrement augmenté ces dix dernières années, avec une contraction en 2020 due au Covid. Mais les besoins subsistent et repartent à la hausse. « On ne peut pas faire l’impasse sur ce secteur qui pèse lourd sur tout le territoire et emploie toute l’année », dit Nicolas Moreau, directeur territorial de Pôle emploi Gironde. « La filière représente 52 000 embauches par an. Neuf sur dix sont des contrats courts, liés à la vigne, mais on recrute 3 600 personnes en CDI chaque année. Il faut arrêter de voir uniquement le travail saisonnier. » Ce secteur « en tension permanente » connaît un fort turnover et aussi une carence structurelle : « On estime qu’il manque 1 000 postes en équivalent temps plein en Gironde. »

Séduire de nouveaux publics

Il y a des besoins à tous les étages, au-delà des métiers de la vigne et du vin. De la merranderie (qui fournit du bois au tonnelier) au négoce, en passant par la logistique, le marketing ou l’œnotourisme, le panel est large. D’où cette Quinzaine, coup de projecteur sur la filière qui repose sur trois axes : découverte, recrutement et formation.

Christophe Chateau (CIVB), Nicolas Moreau (Pôle emploi Gironde) et Bruno Meunier (Anefa).

Christophe Chateau (CIVB), Nicolas Moreau (Pôle emploi Gironde) et Bruno Meunier (Anefa).

S. L.

Ce dernier pan étant essentiel pour combattre l’image d’un travail peu qualifié et sans perspective. « La filière offre des vrais parcours de professionnalisation » et propose une grosse palette de formations. Beaucoup sont gratuites et certaines rémunérées, comme celle de tractoriste, l’un des profils les plus demandés.

On note encore que la filière veut séduire des nouveaux publics en avançant des arguments écologiques. « Où qu’on vive en Gironde, on peut trouver dans un rayon de moins de 10 km une entreprise qui recrute et s’y rendre à vélo », affirme Bruno Meunier de l’Anefa. Autre argument : « La transition environnementale de la filière peut rassurer sur les conditions de travail et attirer de nouveaux profils », souligne Christophe Chateau.

Job dating et « Viti Party »

Côté découverte des métiers, la Quinzaine annonce des rendez-vous dans les châteaux, centre de formations entreprises mais aussi maisons de négoce ainsi qu’un webinaire consacré aux opportunités à l’international.

Côté recrutement, Pôle emploi propose une série de jobs dating, dont le premier se tiendra à la Cité du vin le 22 mars (on y cherche un sommelier et des hôtes ou hôtesses), le second le même jour à Cénac, où l’on recrute dans une société d’embouteillage. D’autres rencontres sont prévues aux Rives d’Arcins (Bègles, le 23) et au Pôle emploi de Langon (le 29).