Gironde : dans les coulisses d’un géant de la pièce détachée d’électroménager à Blanquefort

Les 9 000 m² d’entrepôt à Blanquefort concentrent 40 000 références, sur les 5 millions proposées. De hautes étagères en rang serré où sont méticuleusement classées des petites pièces pour des fours, des lave-linges, des aspirateurs… Tout le gros et le petit électroménager de 900 marques.

« On stocke les articles stratégiques, explique le PDG. Aujourd’hui, 90 % des demandes envoyées avant 18 h 30 sont traitées dans la foulée, pour que le réparateur reçoive sa commande avant 13 heures le lendemain. » L’enjeu est là, dans la rapidité et l’exigeante mise à jour, au gré des nouveaux modèles.

Tous les jours, c’est le ballet des camions dans l’entrepôt : chaque matin ils livrent 9 000 à 10 000 pièces. Elles sont triées, étiquetées et rangées avec attention. À portée de mains des préparateurs de commande qui, quotidiennement, déambulent en quête de 6 000 références. Plus loin dans la salle, elles seront emballées dans un des 2 000 colis expédiés via les transporteurs partenaires. Pour que, in fine, votre réparateur vous sauve de partir au lavoir avec votre linge sale.

Le rangement est un enjeu de taille pour se retrouver parmi 40 000 références.

Le rangement est un enjeu de taille pour se retrouver parmi 40 000 références.

Stéphane Lartigue/« SUD OUEST »

« Le Covid a accéléré le réflexe de la réparation, reconnaît François-Xavier Desgrippes. Après le premier confinement, on a constaté également un retour des clients vers les magasins de proximité. »

Première marketplace entre réparateurs

Résolu à dépoussiérer l’image parfois vieillotte de cette filière traditionnelle, SDS mise sur l’innovation. D’abord en développant, il y dix-huit mois, la personnalisation de certaines pièces. Notamment les cartes électroniques, pour les adapter à chaque machine. Ensuite en lançant, il y a dix jours, une marketplace, SDS Market, la première de France, permettant aux réparateurs de vendre entre eux, via le site de SDS, leurs articles inutilisés.

Tous les matins, entre 9 000 et 10 000 pièces sont livrées à l’entrepôt.

Tous les matins, entre 9 000 et 10 000 pièces sont livrées à l’entrepôt.

Stéphane Lartigue/« SUD OUEST »

« Beaucoup de nos clients réparateurs accumulent des centaines de pièces détachées, neuves ou en très bon état, qui dorment pour de multiples raisons : ce n’étaient pas les bonnes, la panne vient d’ailleurs ou bien parce qu’elles proviennent d’une machine désossée. Souvent ils ne se souviennent même plus qu’ils les ont. »

Désormais elles permettent de redonner vie à de vieux appareils dont les pièces étaient épuisées chez le fabricant, désencombrer les ateliers et limiter l’empreinte carbone. En dix jours, le site affiche déjà plus de 600 pièces neuves ainsi glanées et 5 000 d’occasion.