Gel en Lot-et-Garonne : à Fongrave, la famille Bellitou a perdu 70 % de sa production

Sur le même sujet


En Lot-et-Garonne, une nuit de feu contre le gel

En Lot-et-Garonne, une nuit de feu contre le gel

Ce dimanche 3 avril au matin, à l’heure où les températures devenaient négatives, bougies et ballots de foin en feu ont embrasé la campagne pour lutter, parfois avec les moyens du bord et, hélas sans résultat, contre le gel qui sévira jusqu’à mardi matin

Toute la journée du samedi 2 avril, ils ont enveloppé les plants de fraise avec du plastique ou de la toile épaisse pour protéger les fleurs. Paillage, doublement des serres « non chauffées, parce que nous voulons des fruits de saison », rien n’y a fait.

Les fleurs étaient « en avance par rapport à l’an passé où nous n’étions pas si inquiets », se souvient le jeune agriculteur. Installé il y a trois ans sur l’exploitation familiale, il partage avec son père les cinq hectares de fraises et quelques légumes.

Trois degrés de différence

Déjà samedi, même s’il se voulait rassurant, le jeune agriculteur ne cachait pas son inquiétude sur quelques parcelles. Celles qui n’étaient pas paillées et pas doublées, « là on savait ». Mais pour les autres, l’agriculteur et son équipe étaient à leur chevet avant le lever du jour. « Mais ça n’a pas suffi ! » La température à Fongrave est descendue en deçà des quatre degrés. « Dans les serres, même calfeutrées, il y a trois degrés de différence avec l’extérieur la nuit. » Alors la moiteur supposée et la protection contre le vent de ce fin plastique n’y ont rien fait.

« Pour les variétés précoces, c’est terminé », annonce le jeune homme. D’autant que ces espèces, ciflorettes, charlotte ne sont pas remontantes. L’exploitation compte une dizaine de variétés. « Nous gardons un peu d’espoir pour celles qui n’étaient pas encore en fleur », se raccroche Soulaiman.