Gel dans le Médoc : tous les moyens utilisés pour tenter de préserver le vignoble

En attendant la nuit prochaine, qui promet encore quelques températures négatives, les équipes s’activent sur le terrain pour préparer une nouvelle nuit de lutte, avec des moyens qui diffèrent selon les propriétés.

Du côté de Cusssac-Fort-Médoc, les viticulteurs ont positionné des braseros.

Du côté de Cusssac-Fort-Médoc, les viticulteurs ont positionné des braseros.

J. L.

Au château La Tour Carnet, ce grand cru classé situé dans la commune de Saint-Laurent-Médoc et appartenant à l’homme d’affaires Bernard Magrez, c’est la technique de l’aspersion qui est utilisée. Elle consiste à asperger la vigne avec de l’eau. Ainsi, les bourgeons sont pris dans une poche de glace sans que l’eau qu’ils contiennent ne gèle. C’est le phénomène de surfusion. Il faut arroser les parcelles jusqu’à ce que la température redevienne positive. L’aspersion est donc continue.

Du côté de Cussac-Fort-Médoc, on pouvait voir dans les vignes des braseros ayant pour but de réchauffer l’air ambiant autour des parcelles, et ainsi empêcher une chute des températures trop importante. Dans ce même secteur, des châteaux disposant de moyens importants avaient placé des ventilateurs mobiles pour réchauffer l’air des vignes. « Le principe s’appuie sur le constat d’un gros écart de température entre le sol et l’air, à 10 m de hauteur », explique un vigneron sur le terrain.