Gastronomie : « Il fallait mettre Michelin en mouvement », assure le directeur du Guide rouge

Quand et pourquoi avez-vous décidé de proclamer votre palmarès en province ?

C’est une décision ancienne. J’y pense depuis ma prise de fonction en 2018. Il fallait mettre Michelin en mouvement, aller à la rencontre des régions et des terroirs. Nous renouons avec notre histoire : toujours, le Guide a découvert des restaurants partout en France. La gastronomie ne rayonne pas qu’à Paris, où nous avions pris l’habitude d’organiser notre cérémonie pour des raisons de commodités. Il était ici plus facile de réunir la presse et les professionnels. Ce projet, retardé par la crise sanitaire, s’incarne enfin à Cognac. Cela me réjouit.

On dit et on lit, ici et là, que vous cherchez à vous éloigner du luxe, à vous rapprocher d’une gastronomie moins guindée, plus authentique…

On se trompe. La majorité des établissements recommandés par Michelin sont accessibles. Nos Bib’gourmands, par exemple, distinguent d’extraordinaires rapports qualité-prix. Par ailleurs, notre nouvelle étoile verte, créée en 2020, promeut l’engagement durable. Elle ne récompense pas un chef mais tout son personnel. La sélection dévoilée à Cognac, vous le constaterez, célébrera la gastronomie dans toutes ses diversités. Elle embrassera toutes les cuisines.

Gwendal Poullennec

Gwendal Poullennec

AFP

En nouant des partenariats financiers avec des partenaires locaux, votre ligne éditoriale est-elle menacée, votre impartialité fragilisée ?

Pas le moins du monde ! Oui, nous nous sommes rapprochés de partenaires, mais dans le seul but de mettre en valeur la région qui nous accueille. Les partenariats nous aident à monter un très bel événement. Ils permettent l’organisation d’expériences touristiques et gastronomiques inoubliables aux chefs et aux journalistes invités. Ils n’ont aucune influence sur la sélection, qui demeure l’affaire de nos inspecteurs. Notre méthode ne souffre d’aucun compromis.

L’événement à Cognac sera-t-il dupliqué dans d’autres régions en 2023 et les prochaines années ?

Oui, j’espère pouvoir bientôt annoncer une prochaine destination… Vous savez, Michelin compte plus d’une trentaine d’éditions internationales. La mobilité, le mouvement, c’est déjà notre quotidien dans les nombreux pays où nous sommes présents.

Gwendal Poullennec

Gwendal Poullennec

AFP

Que faut-il attendre du rendez-vous des 22 et 23 mars ?