Foire internationale de Bordeaux : les tendances de l’habitat suivent l’actualité mondiale

« Avec le Covid, les gens ont gardé de l’argent pour le bien-être de leur maison »

À la Foire internationale de Bordeaux, un nombre important d’exposants font des économies d’énergie leur principal argument de vente. La guerre en Ukraine, qui a amplifié la tendance à la hausse de beaucoup de matières premières, n’y est pas étrangère. Éric de Faria Sinare est directeur commercial de l’entreprise Minoria, dont le siège est à La Brède, spécialisée dans les énergies renouvelables. « Les pompes à chaleur, c’est 80 % d’air, qui est gratuit, et uniquement 20 % d’électricité », dit-il. À ses yeux, l’important est d’anticiper. Il essaie de transmettre cette prise de conscience aux clients, à travers notamment des schémas sur le prix de l’électricité, qui varie d’un pays à l’autre. « En France, on est à 18 centimes d’euros le kWh, expose-t-il. En Espagne, c’est 24 centimes, en Italie 23, en Belgique 28 et en Allemagne 30. » Dans l’hypothèse d’une « parité au niveau de l’Europe », à hauteur « de 25 centimes », avance-t-il comme possibilité, les panneaux photovoltaïques semblent promis, à l’entendre, à un bel avenir. « En Allemagne, huit maisons sur dix ont ces panneaux, alors qu’il y a moins d’ensoleillement que chez nous. » Même constat lié à l’augmentation des prix de l’énergie : « Les gens se renseignent davantage. »

Laurent Mourier, gérant de LM Cuisines.

Laurent Mourier, gérant de LM Cuisines.

Emmanuel Commissaire

Ces experts du conseil deviendraient presque, sous l’effet d’un contexte international changeant, des sociologues du quotidien. La pandémie avait déjà aiguisé leur sens de l’observation. « Ayant, de fait, moins de dépenses occasionnelles, comme les vacances, les gens ont gardé de l’argent pour le bien-être de leur maison », remarque Pierre Couillard, commercial à Alu Iso Réole, dont les vérandas, portes, fenêtres et volets sont fabriqués à Saint-André-de-Cubzac.

Nuance récente