Foire internationale de Bordeaux : 200 élèves compétiteurs prêts à relever des défis avec leurs robots

Avant tout cela, les 200 collégiens et lycéens réunis ont dû mettre les mains dans le cambouis, travailler au montage des composants électroniques, trouver les bons moteurs, roues, câbles, piles et capteurs pour concevoir leur robot. Ce qui peut prendre un trimestre. « 95 % ont été faits dans un cadre scolaire, lors d’ateliers avec des professeurs de STI, de technologie, par exemple. À l’école, la robotique n’est pas prise comme une matière à part, c’est plutôt un outil pédagogique au service d’autres matières comme les sciences physiques, les mathématiques. C’est un support très ludique, qui a une capacité assez phénoménale à capter l’attention », explique Jean-François Laplume, secrétaire Unitec.

« Ce que la Robocup apporte, c’est un cadre international avec des règles. Il y a aussi des compétitions régionales souvent mises en place par les rectorats et les Ligues de l’enseignement, comme à Bordeaux, à Cap Sciences, en avril dernier. Nous privilégions les dynamiques d’établissements », relaie le membre bordelais du sous-comité Robocup Junior.

Tortue embarquant de l’intelligence artificielle pour l’épreuve On Stage, un spectacle de deux minutes, produit à Cap Sciences en avril 2022.

Tortue embarquant de l’intelligence artificielle pour l’épreuve On Stage, un spectacle de deux minutes, produit à Cap Sciences en avril 2022.

Emmanuel Commissaire

« C’est un support très ludique, qui a une capacité assez phénoménale à capter l’attention »

Un partage de connaissances

Contrairement aux Ligues adultes où seule compte la gagne, pour la junior, la compétition comptera pour 50 % de la note. « L’autre moitié est une interview avec les membres de l’équipe, chacun doit expliquer son rôle. Chaque année, ils doivent revenir avec un robot différent, pas avec celui qui a gagné l’an passé, et démontrer le degré d’innovation de leur nouvelle création. Ils réalisent également un poster sur lequel figure tous leurs codes. Il sera partagé. Chaque participant peut ainsi « taper » dans les codes des compétiteurs précédents. » En somme, l’esprit de la compétition est collaboratif et open source.

Plusieurs équipes participeront ensuite à la compétition européenne au Portugal, du 1er au 4 juin, six ou sept partiront ensuite à la Robocop internationale à Bangkok, du 11 au 17 juillet.

Bordeaux accueillera fin juin 2023, l’épreuve internationale de la Robocup. 3 500 participants, 3 000 robots et 40 000 visiteurs sont attendus.

En 2019, lors d’une compétition de Rescue Maze à la Robocup Junior de Bordeaux : des robots explorateurs ou sauveteurs devaient parcourir un labyrinthe de façon autonome.

En 2019, lors d’une compétition de Rescue Maze à la Robocup Junior de Bordeaux : des robots explorateurs ou sauveteurs devaient parcourir un labyrinthe de façon autonome.

archives Quentin Salinier