Flambée des prix de l’énergie, difficultés d’approvisionnement : pour les artisans, « ça va être de pire en pire… Même avec le Covid, on n’a jamais vu ça »

Blocage du dépôt pétrolier, à Lorient (Morbihan), le 17 mars 2022. Blocage du dépôt pétrolier, à Lorient (Morbihan), le 17 mars 2022.

Le principal fournisseur de la menuiserie savoyarde Pellicier ne livre plus de fenêtres ni de portes en pin ou en mélèze jusqu’à nouvel ordre. « Compte tenu de la situation internationale », les résineux ne sont plus disponibles, est-il expliqué dans un courriel, le 10 mars. Il faudra donc composer avec les réserves des petits fabricants, puis, quand celles-ci seront épuisées, se rabattre sur le chêne ou le bois exotique, réagit Magali Pellicier, dont le mari dirige la menuiserie.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Près de 7 milliards d’euros d’aides pour faire face à une « crise qui va s’installer »

Trois jours plus tard, la femme du patron déjeune avec un commercial d’une usine de carrelage à Modène, en Italie. Les usines arrêtent leur production les unes après les autres. Les fours tournent au gaz, la matière première vient d’Ukraine. « Mon ami n’avait jamais pris autant de commandes en Savoie. De retour à Modène, il a tout annulé. Ils ne pourront plus honorer les commandes. » Lundi, c’est une coopérative qui annonce la fin du parquet massif : tout était fabriqué en Ukraine. « C’est un par jour, et ça va être de pire en pire. Même avec le Covid, on n’a jamais vu ça. Pendant le confinement ? On n’a fermé qu’une semaine. Là, ça fait peur. »

Opérations escargot

De fait, pas un corps de métier, pas une entreprise du bâtiment ou des travaux publics qui ne soit touché par le conflit ukrainien. L’annonce d’une remise de 15 centimes à la pompe avait un peu apaisé les esprits. « Avec mes 5 véhicules, 20 centimes de hausse, c’était 5 000 euros de frais supplémentaires par mois », confirme Michaël Carré, à la tête d’une entreprise générale du Val-de-Marne. Mais tous attendaient les mesures du plan de résilience. La simple demande faite par le gouvernement aux acteurs publics de bien vouloir réviser les prix des contrats, et à tous de ne pas appliquer de pénalités de retard, a fortement déçu. En Bretagne, les dépôts pétroliers de Brest et de Lorient étaient encore en partie bloqués par les artisans tandis que des opérations escargot ont été lancées vendredi 18 mars. En Occitanie, les artisans se disent prêts à retourner sur les ronds-points.

« Pour la menuiserie, on était sur six à huit semaines de délai. Aujourd’hui, on oscille entre vingt-deux et vingt-quatre semaines pour les fenêtres » Pierre-Emmanuel Bossis, gérant de Déclic Bois

Même les grilles d’arbres de la ville de Paris, dont le marché est détenu par les Fonderies Dechaumont, 145 salariés près de Toulouse, sont rattrapées par la guerre. Chaque pièce, comme les plaques d’égout, contient 10 à 20 % de fonte neuve, explique le dirigeant – septième génération – de cette entreprise familiale. Or, 70 % des besoins européens provenaient de Russie et d’Ukraine. Il reste encore un ou deux mois de stock dans les ports d’Anvers, de Bilbao et de La Rochelle, mais les prix ont pris 30 % en une semaine. Les réserves épuisées, il faudra trouver une solution. Acheminer la matière depuis l’Afrique du Sud ou le Brésil en est une. La remplacer par de la ferraille de récupération, une autre. « Mais cela revient à cuisiner sans beurre ou sans huile », explique Jean-Baptiste Dechaumont. Et les Chinois annoncent déjà 20 à 25 % de hausse sur la ferraille, pour mars.

Il vous reste 62.11% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.