Film animalier : en immersion avec « Le Petit Peuple du potager », réalisé dans la région

Une équipe de passionnés est allée y planter des caméras macro ultra-sophistiquées. La ponte de la reine bourdon terrestre, le combat des perce-oreilles, la guerre des chenilles et des guêpes, l’intelligence des fleurs au moment de la pollinisation, le combat des pucerons et chrysopes vertes… Tout est là, maximisé sous nos yeux incrédules.

L’étonnant grand bombyle, aux faux airs de bourdon, est un diptère de la famille des mouches, doté d’une longue trompe.

L’étonnant…

Une équipe de passionnés est allée y planter des caméras macro ultra-sophistiquées. La ponte de la reine bourdon terrestre, le combat des perce-oreilles, la guerre des chenilles et des guêpes, l’intelligence des fleurs au moment de la pollinisation, le combat des pucerons et chrysopes vertes… Tout est là, maximisé sous nos yeux incrédules.

L’étonnant grand bombyle, aux faux airs de bourdon, est un diptère de la famille des mouches, doté d’une longue trompe.

L’étonnant grand bombyle, aux faux airs de bourdon, est un diptère de la famille des mouches, doté d’une longue trompe.

GRENOUILLES PRODUCTIONS/LANGENGRAD FILMPRODUKTION

Coproduit par la SARL néo-aquitaine Grenouilles Productions (basée à Poitiers et Bordeaux) et la société allemande Ländergrad Filmproduktion, ce film extraordinaire fascine, intrigue et finalement émerveille. Explications avec la coréalisatrice Guilaine Bergeret, et le cogérant de Grenouilles Productions, Gildas Nivet.

Comment ce documentaire est-il né ?

Guilaine Bergeret Quand j’étais étudiante en cinéma à l’IFCAM, j’avais voulu m’amuser à présenter les insectes sous la forme de CV qui mettraient en valeur leurs compétences d’ouvriers du potager et donneraient envie aux gens de les recruter comme « auxiliaires de jardin ».

Le projet a pris forme plus tard, en observant mon compagnon qui plantait un potager en permaculture chez nous. Voyant la grande variété d’animaux que cela attirait, j’ai eu envie d’écrire un film valorisant toutes les espèces qui y interviennent. C‘est ainsi que j’ai véritablement découvert les relations entre insectes et plantes. Très vite, Rémi Rappe, coréalisateur du film, et moi avons eu l’idée d’un travail en immersion dans ce micromonde. Nous avons tourné dans le potager de notre maison dans les Deux-Sèvres, et non loin, chez Christian et Marie-Claire Dupuis, à Exireuil.

Les réalisateurs Rémi Rappe et Guilaine Bergeret, sur le tournage du « Petit Peuple du Potager ».

Les réalisateurs Rémi Rappe et Guilaine Bergeret, sur le tournage du « Petit Peuple du Potager ».

GRENOUILLES PRODUCTIONS/LANGENGRAD FILMPRODUKTION

Quel a été le principal défi technique ?

Gildas Nivet Il fallait un matériel spécifique, notamment une caméra capable de filmer à 1 000 images/seconde et dont il n’existait alors que deux exemplaires en France. Avec les machines à time-lapse [qui, par exemple, montrent l’éclosion d’une fleur en accéléré, NDLR], jusqu’à cinq caméras tournaient en simultané. Ça a été un vrai marathon de huit mois, qui demandait une concentration permanente.

G. Bergeret La chrysope qui sort de son cocon, on est resté planté devant pendant quatre jours pour ne pas la rater. Une caméra tournait en permanence pour les sorties, imprévisibles, de la reine bourdon.

La chrysope verte au regard hypnotisant est un des héros du film « Le Petit Peuple du potager ».

La chrysope verte au regard hypnotisant est un des héros du film « Le Petit Peuple du potager ».

GRENOUILLES PRODUCTIONS/LANGENGRAD FILMPRODUKTION

Le film de Guilaine Bergeret et Rémi Rappe débute sur Arte ce lundi 23 mai.

Le film de Guilaine Bergeret et Rémi Rappe débute sur Arte ce lundi 23 mai.

GRENOUILLES PRODUCTIONS/LANGENGRAD FILMPRODUKTION

Les docs sur les insectes sont rares. Depuis « Microcosmos » sorti en 1996…

G. Nivet Les conditions de tournage sont si difficiles… Si on loupe un comportement, il faut renoncer à une scène… ou attendre la saison d’après. Ça peut être décourageant.

G. Bergeret Et puis, les insectes peuvent faire un peu peur aux diffuseurs. Longtemps, le cinéma animalier s’est plus intéressé aux espèces exotiques qu’à celles qui peuplent nos jardins. Alors que plein de gens sont très curieux de cela.

J’étais enfant quand j’ai vu « Microcosmos » à sa sortie. Pour Rémi et moi, le film animalier de référence est plutôt « La Citadelle assiégée » [de Philippe Calderon, 2006, NDLR]. C’est l’histoire d’une termitière attaquée par des fourmis, filmée comme « Le Seigneur des anneaux ». Cette façon de raconter la vie des insectes nous a beaucoup marqués.

La spectaculaire naissance des larves de chrysope n’a pas échappé aux caméras.

La spectaculaire naissance des larves de chrysope n’a pas échappé aux caméras.

GRENOUILLES PRODUCTIONS/LANGENGRAD FILMPRODUKTION

“L’attaque de la reine par ses ouvrières est l’événement qui m’a le plus impressionnée”

Votre film permet de comprendre l‘intelligence des insectes, dans leur organisation sociale, dans leur interdépendance…

G. Bergeret L’évolution insecte-plante a 400 millions d’années et on ressent que toute leur vie est dédiée à la reproduction et à la perpétuation de leur espèce. Rien n’est laissé au hasard. Comme, parfois, pondre près des pucerons.

La colonie de bourdons terrestres n’existe que pour qu’il y ait quelques reines supplémentaires l’année suivante. C’est le paroxysme de cette intelligence. La reine commence seule, crée une colonie d’une soixantaine d’individus… Jusqu’à ce qu’un jeu de phéromones provoque une mutinerie d’une violence inouïe : l’attaque de la reine par ses ouvrières est l’événement qui m’a le plus impressionnée.

Quant aux métamorphoses, elles me fascineront toujours. À chaque fois, je me demande comment les chenilles vivent cette transformation hallucinante. On a toujours l’impression qu’en sortant de la mue, elles sont surprises de se retrouver avec deux ailes, une trompe… Quel phénomène incroyable !

« Le Petit Peuple du potager : les alliés du vivant », de Guilaine Bergeret et Rémi Rappe, ce lundi 23 avril, à 18 h 55 sur Arte, puis en replay jusqu’à fin août.

Le très élégant papillon Machaon, pollinisateur malgré lui.

Le très élégant papillon Machaon, pollinisateur malgré lui.

GRENOUILLES PRODUCTIONS/LANGENGRAD FILMPRODUKTION

L’escargot contribue lui aussi à l’écosystème du potager en permaculture.

L’escargot contribue lui aussi à l’écosystème du potager en permaculture.

GRENOUILLES PRODUCTIONS/LANGENGRAD FILMPRODUKTION

Grenouilles Productions a 10 ans

« Le Petit Peuple du potager » est une coproduction de Grenouilles Productions et Längengrad Filmproduktion, avec Arte et lSWR. La SARL néo-aquitaine Grenouilles Productions a été fondée en 2012 par le Libournais Gildas Nivet et le Poitevin Tristan Guerlotté, alors âgés de 25 ans, pour accompagner la sortie du film « El Gran Dragón » qu’ils avaient réalisé au cœur de la forêt amazonienne. Et trois ans plus tard celle d’« Araucaria Araucana, l’arbre d’un peuple », de Rémi Rappe et Santiago Serrano.
Aujourd’hui déployée sur deux agences (Poitiers et Bordeaux), elle emploie 15 salariés en poste fixe et a sous-traité plus de 4 000 heures d’intermittence l’an dernier. Très performante sur le secteur des films publicitaires et d’entreprises et des retransmissions live (l’Escale du livre de Bordeaux 2021), cette société de jeunes producteurs entend accompagner l’émergence d’une nouvelle génération de réalisateurs. Son chiffre d’affaires, qui approche le cap du million d’euros, a triplé depuis 2020. Et Grenouilles Productions ouvrira prochainement deux nouvelles agences : l’une à Saint-Émilion (33), et l’autre au Pérou pour l’accueil de tournages dans toute l’Amérique du Sud.
Plusieurs projets partiront bientôt en production. Dont un nouveau film avec l’athlète paralympique Sébastien Bichon, que Gildas Nivet et Tristan Guerlotté avaient déjà suivi lors d’un périple de 1 200 kilomètres à vélo en cinq jours (« Born to Ride : à 4 ans et demi, j’ai perdu ma jambe »). Pour son prochain exploit, Sébastien Bichon gravira un sommet à 6 500 m en Bolivie.

Gildas Nivet et Tristan Guerlotté, cofondateurs de Grenouilles Productions.

Gildas Nivet et Tristan Guerlotté, cofondateurs de Grenouilles Productions.

GRENOUILLES PRODUCTIONS/NICOLAS LARSONNEAU