Face à l’inflation, la BCE s’apprête à sortir des taux négatifs

Le taux négatif de référence de la BCE est actuellement fixé à -0,5 %. Ce qui signifie que les banques qui laissent dormir leur argent au guichet de la BCE (et des autres banques centrales de la zone euro) doivent s’acquitter d’une commission auprès de l’institution monétaire. Ce faisant, elles sont ainsi incitées à utiliser plutôt leurs liquidités pour octroyer par exemple des prêts aux ménages et entreprises pour stimuler l’activité économique et in fine les prix.

Sur le même sujet


Variole du singe : une transmission sexuelle ?

Variole du singe : une transmission sexuelle ?

Au 21 mai, 92 cas de variole du singe ont été confirmés par analyse en laboratoire dans le monde depuis le 13 mai. De nombreux autres cas sont encore en cours d’investigation. Le Royaume-Uni enregistre de son côté « chaque jour de nouveaux cas », a indiqué à la BBC le Dr Susan Hopkins, responsable médicale de l’Agence britannique de sécurité sanitaire (UKHSA).

Une démarche inédite

La première remontée devrait être décidée en juillet, a précisé Lagarde, soit peu de temps après la fin des « achats nets d’actifs » par l’institut. Cet autre instrument de soutien à l’économie passe par le rachat d’obligations publiques et privées sur le marché pour fournir des liquidités aux banques qui devraient les prêter. Il s’agira d’un tournant spectaculaire dans la politique très accommodante menée depuis des années par la BCE, marquée en 2014 par l’arrivée de ces taux négatifs dans une zone euro convalescente après la crise de la dette souveraine.