Et paff : un festival pour démocratiser la bière à Bordeaux

Patrick et Michaela dégustent de la bière accoudés à un des stands. Ce festival est, d’après eux, à refaire.

Patrick et Michaela dégustent de la bière accoudés à un des stands. Ce festival est, d’après eux, à refaire.

F. B.

Une opération réussie, à en croire l’enthousiasme de Patrick et Michaela. Lui Landais, elle Allemande. « On était les premiers arrivés et on ne sera pas les derniers à partir. » Tout droit venus des Landes pour le festival, ils comptent bien profiter de tous les stands. « C’est très positif. On ne s’y attendait pas d’une région tournée vers le vin. » D’après eux, ce festival permet de démocratiser la bière et de montrer autre chose que de l’industriel. « On préfère largement les bières artisanales, il n’y en a pas deux pareilles. »

Nicolas Colombier et Nancy Guijano estiment qu’à Bordeaux, on a moins peur de ne pas s’y connaître sur la bière que sur le vin.

Nicolas Colombier et Nancy Guijano estiment qu’à Bordeaux, on a moins peur de ne pas s’y connaître sur la bière que sur le vin.

F. B.

Un discours que l’on retrouve chez les exposants. Pour Nicolas Colombier, responsable bières chez Bernard Magrez, « ici on n’a pas d’attente sur la bière, étant habitué au vin ». Ce qui, d’après le créateur de Bordeaux beer factory, permet aux Bordelais d’être plus libres d’apprécier la différence. Le Québécois Vincent Morin, fondateur de la brasserie Azimut et passionné de bière depuis qu’il a l’âge d’en boire confirme : « Bordeaux est une ville qui aime déguster et a la culture du goût. »

L’intérêt est aussi de mettre en avant la diversité d’arômes et de saveurs. « La bière, ce n’est pas juste blonde, blanche ou ambrée. » Et les personnes présentes au salon semblent toutes décidées à en apprendre plus sur cette boisson au houblon.