Est-ce le moment d’acheter des lingots d’or (et comment s’y prendre) ?

Le cours de l’or s’envole depuis le début de l’invasion de l’Ukraine par la Russie. A près de 2 000 dollars le 10 mars (environ 1 800 euros), l’once (31,104 grammes) se rapproche chaque jour un peu plus de son record historique de 2 075 dollars atteint le 7 août 2020, en pleine pandémie de Covid-19, avant l’arrivée des vaccins. Un an et demi plus tard, le métal jaune profite à nouveau de son statut de valeur refuge.

« En temps de crise, les investisseurs se tournent vers des actifs très liquides et dont le cours résiste lorsque tout le reste va mal. Ces havres de paix sont l’or et le dollar », résume Arnaud du Plessis, gérant spécialisé sur l’or et les ressources naturelles chez CPR Asset Management.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés L’or, les forêts, le bitcoin : ces placements sont-ils des refuges contre l’inflation ?

Le cours de l’or gagne ainsi 9 % sur un mois, quand l’indice CAC 40 s’effondre de 12 %. « La hausse s’explique ponctuellement par les craintes géopolitiques, mais elle est soutenue par des facteurs macroéconomiques durables. L’or devrait donc rester bien orienté dans les prochains mois », estime Vincent Boy, analyste marchés chez IG, un courtier en ligne.

2 500 dollars à horizon six à douze mois

Son cours est en effet historiquement lié à l’inflation : l’or conserve sa valeur lorsque les prix augmentent et que le consommateur voit son pouvoir d’achat s’éroder. Pour l’heure, l’inflation a atteint, en janvier, 7,5 % en rythme annuel aux Etats-Unis. « On se demandait encore très récemment si la hausse des prix serait durable ou transitoire. L’envolée spectaculaire du cours des matières premières depuis la guerre en Ukraine nous montre qu’il faudra s’y faire », note M. du Plessis. Le pétrole a ainsi bondi de 26 % en un mois, à 115 dollars. Le nickel (+ 105 %) et le palladium (+ 29 %) grimpent aussi en flèche.

La hausse du prix des matières premières devrait peser sur la croissance aux Etats-Unis comme dans la zone euro, ralentissant la remontée des taux directeurs programmée par les banques centrales. De plus, « les taux d’intérêt réels, tenant compte de l’inflation, devraient encore se réduire, ce qui est historiquement favorable à l’or », note Arnaud du Plessis. La banque américaine Goldman Sachs a d’ailleurs relevé ses prévisions sur le métal jaune à 2 500 dollars à horizon six à douze mois.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Comment vendre ses bijoux en or au meilleur prix

Malgré la hausse du cours, il n’est donc pas trop tard pour acheter de l’or physique auprès de certaines agences bancaires, dans une officine spécialisée ou encore en ligne, par des plates-formes (Achat-or-et-argent.fr, Aucoffre.com, Bullion by Post, BullionVault, Gold.fr, etc.). Les particuliers détenant déjà des pièces et des lingots sont à la fête, puisqu’ils bénéficient non seulement de la hausse récente des cours de ce métal, mais aussi de la baisse de l’euro face au dollar. Le lingot d’un kilo vaut 59 990 euros, soit 16 % de plus qu’au 31 décembre 2021. Un niveau record.

Il vous reste 50.62% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.