Espace : La fusée Ariane 5 Bordeaux Métropole doit décoller ce 22 juin

Par Jean-Denis Renard, à Kourou
Publié le 22/06/2022 à 9h37

Baptisée Bordeaux Métropole, une fusée Ariane 5 devrait quitter le pas de tir de Kourou, en Guyane, ce 22 juin à partir de 23 heures. Ce sera le premier tir du lanceur européen depuis six mois

Un nouvel exemplaire d’Ariane 5 devrait s’élever dans le ciel de la Guyane ce 22 juin après 23 heures, heure de Paris. La fenêtre de tir s’étire jusqu’à 0 h 43 le lendemain. La fusée européenne emportera deux satellites de télécommunications sous sa coiffe pour le compte de deux clients, l’un indien, l’autre malaisien. C’est la première fois depuis six mois qu’Ariane 5 effectue les deux kilomètres qui séparent son bâtiment d’assemblage final de son pas de tir. Le 25 décembre 2021, le lanceur s’était brillamment acquitté d’une mission à nulle autre pareille : envoyer vers le point de Lagrange L2, à 1,5 million de kilomètres de la Terre, le télescope spatial James-Webb mis au point par la NASA.

Comme il est de coutume, la première fusée de l’année porte les couleurs d’un des membres de la communauté des villes Ariane, qui regroupe les sites où sont produits des éléments de la fusée. C’est au tour de Bordeaux Métropole, dont les établissements ArianeGroup de Saint-Médard-en-Jalles et du Haillan (33) fournissent des éléments cruciaux, notamment les tuyères qui évacuent les gaz de propulsion des deux boosters – les étages d’accélération à poudre, qui flanquent le corps principal de la fusée.

Sur le même sujet


Ariane 6 : la dernière ligne droite avant le décollage

Ariane 6 : la dernière ligne droite avant le décollage

Dans les usines girondines d’ArianeGroup, on fabrique déjà certaines des pièces qui équiperont les premiers exemplaires d’Ariane 6, le nouveau lanceur de la gamme européenne. Le tir inaugural est espéré avant la fin de l’année. Et le carnet de commandes est suffisamment épais pour faire partir 29 fusées

L’une des cinq dernières de la série

La fusée Ariane 5 Bordeaux Métropole, le 21 juin au matin dans son bâtiment d’assemblage, avant son départ pour son pas de tir.

La fusée Ariane 5 Bordeaux Métropole, le 21 juin au matin dans son bâtiment d’assemblage, avant son départ pour son pas de tir.

JDR/SUD OUEST

C’est l’une des dernières fois que les préparatifs du lancement d’Ariane 5 agitent le Centre spatial guyanais. Il reste cinq exemplaires de la fusée à tirer, trois en 2022, deux en 2023. Le décollage de ce 22 juin est le 113e d’une histoire qui a débuté en 1996. À compter de l’année prochaine, Ariane 6 est censée prendre le relais. La nouvelle fusée, dont les tests ultimes doivent s’enchaîner cet été, devrait connaître son vol inaugural en 2023. Il était initialement programmé cette année. L’annonce du report a été rendue publique la semaine passée. Ariane 6 et Vega-C, la nouvelle version du lanceur léger Vega, portent les espoirs de l’Europe de l’espace, soumise à la rude concurrence de SpaceX et de son Falcon 9, le fer de lance de l’entreprise américaine fondée par Elon Musk.