Emploi : des recrutements sans CV pour faire face à la pénurie de main-d’œuvre dans l’hôtellerie-restauration

« Les jeunes aiment avoir le choix »

Arrivé parmi les premiers, Titoine Guilbert, 16 ans, a « envie de travailler ». Il cherche un job d’été avant d’entrer en terminale et a saisi l’opportunité. « J’ai essayé le service, la réception et valet de chambre. Pour le service, on nous a demandé de dresser une table comme on l’entendait. Je ne savais rien sur le placement des couverts ou des verres. Mais, on m’a quand même proposé un job. » À l’issue de ses trois essais, Titoine repart avec trois réponses positives et autant d’opportunités d’emploi, à « l’Ibis de Pessac, au Pullman du lac, ou à l’hôtel Mercure de Bordeaux ». Mais il ne sait pas encore où il veut aller, il choisira l’établissement qui le séduit le plus. « Les jeunes générations aiment avoir le choix », observe Nicolas Saint-Marc, bien obligé de s’adapter aux exigences des millénials prêts à « swiper » ce qui ne leur plaît pas, un job comme le reste.

“On revisite le job dating, mais il n’y a pas d’entretiens classiques”

L’atelier cuisine pour tester les futurs commis ne fait pas le plein.

L’atelier cuisine pour tester les futurs commis ne fait pas le plein.

David Thierry/SUD OUEST

L’atelier cuisine, où il faut réaliser le montage d’une focaccia, ne fait pas le plein. Mais le poste de réceptionniste semble plus séduisant. Face aux deux recruteurs d’Accor, Mélody Cavallar, la quarantaine, semble parfaitement à l’aise. Titulaire d’un BTS d’assistante juridique, elle cherche un emploi depuis le mois de septembre et ne trouve rien dans sa branche. L’entretien a lieu sous forme de quiz. Un buzzer a même été installé sur la table pour la blague. « Accor est partenaire d’un club de foot, lequel ? Une des marques d’Accor se cache parmi ces quatre noms, Jupiter, Pluton, Vénus, Mercure. Lequel est-ce ? » Réponses pour ceux qui n’auraient pas tout suivi : le PSG et Mercure. Mélody a tout bon.

La douche froide

Les questions se corsent un peu ensuite. Il faut se mettre vraiment dans la peau d’une réceptionniste. « Il est deux heures du matin, vous êtes seule en poste. Une cliente signale une fuite d’eau dans une salle de bains. Que faites-vous ? » La jeune femme n’a pas besoin de réfléchir longtemps pour trouver la réaction adaptée. « Il faut d’abord couper l’arrivée d’eau pour arrêter la fuite. Puis vérifier le planning pour proposer une chambre en remplacement, présenter des excuses à la cliente. Et prévoir une réparation. Pour un client qui arrive le jour de son anniversaire Mélody prévoit d’offrir une bouteille de vin, et a l’air de savoir parfaitement comment gérer un irascible prêt à faire un scandale. C’est quasiment un sans-faute.

Les candidats sont peu nombreux à savoir dresser une table dans les règles de l’art.

Les candidats sont peu nombreux à savoir dresser une table dans les règles de l’art.

David Thierry/SUD OUEST

Les recruteurs affichent un large sourire. « Est-ce que vous êtes disponible pour commencer tout de suite ?” Et là, Mélody semble beaucoup moins pressée de prendre un poste. « Si ce n’est pas à Bordeaux, par contre, c’est une difficulté. J’habite à Gradignan (33), il n’y a pas beaucoup de transports en commun. Je ne peux pas aller à Pessac (33) ou à Mérignac (33), le temps de trajet est trop long. Et Bordeaux Lac, non plus, ce n’est pas possible. » Pour les responsables d’Accor, c’est la douche froide. La jeune femme repart tout de même avec un bon d’embauche, peut-être pour l’Ibis Bordeaux centre. Si ce n’est pas trop loin pour elle.

Des postes toujours vacants