Dordogne : à l’aéroport de Bergerac, les passagers « sont de retour »

« En moyenne, sur le mois d’avril, nous avons un taux de remplissage de 74 %, ce qui était inimaginable l’an dernier », analyse le directeur de l’aéroport, Gwenvaël Ronsin-Hardy. Tout comme son président, Michel Conte, il se veut optimiste : « Les gens sont de retour. On devrait faire une bonne année. »

Vers Porto

Un joli redécollage, alors que le site de Roumanière vient de subir deux années catastrophiques en raison des restrictions et des fermetures de frontières liées au Covid-19. Il faut dire qu’il ne propose que des vols vers l’étranger, en direction principalement de l’Angleterre (10 destinations) mais aussi vers Rotterdam et Bruxelles-Charleroi.

Et depuis le 28 mars, vers Porto, au Portugal, grâce à une nouvelle ligne ouverte par Ryanair. Une ligne qui devra rapidement confirmer son succès si elle veut perdurer dans le temps.

Au total, cette année, les compagnies offriront quelque 280 000 sièges au départ ou à l’arrivée de Bergerac, même si les dirigeants de l’aéroport n’ont pas l’ambition d’atteindre ce chiffre en termes de passagers. En 2019, le trafic avait frôlé les 285 000 passagers avant de plonger, en 2020, à 55 000. En 2021, il a atteint difficilement les 70 000.

Christophe Cathus, conseiller régional, Gwenvaël Ronsin-Hardy, directeur de l’aéroport, Pascal Delteil, président du Smad, Michel Conte, président de la SABDP, et Sylvie Chevallier, présidente du Comité départemental du tourisme de la Dordogne.

Christophe Cathus, conseiller régional, Gwenvaël Ronsin-Hardy, directeur de l’aéroport, Pascal Delteil, président du Smad, Michel Conte, président de la SABDP, et Sylvie Chevallier, présidente du Comité départemental du tourisme de la Dordogne.

T. J.

800 000 euros à éponger

Le trou dans la caisse a été conséquent : environ 800 000 euros qui ont dû être compensés par des « contributions exceptionnelles » des actionnaires, qui ne sont autres que les collectivités publiques (1). Un gros effort a aussi été fait pour limiter les dépenses pendant la crise.

« Mais les deux tiers de cette somme ont été économisés sur le marketing des compagnies, qui sert habituellement à promouvoir le territoire », précise Pascal Delteil, le nouveau président du Syndicat mixte air-Dordogne (Smad), propriétaire de l’équipement.

Bon à savoir

Pour y aller bus. En 2020, la Région a remis en service deux lignes de bus : la ligne 4, Bergerac-Eymet-Marmande, et la ligne 4A, Bergerac-Issigeac-Villeneuve-sur-Lot. La ligne Bergerac- Périgueux a aussi été modernisée avec l’utilisation d’un car électrique. Malheureusement, en raison de la pandémie de Covid, les usagers de l’aéroport n’avaient guère pu en profiter. C’est désormais possible. Les personnes qui souhaitent être déposées par le bus à l’aéroport doivent se signaler avant 17 heures la veille, au 0970 870 870. Il en coûtera le prix du ticket, soit 2,30 € (4,10 € l’aller-retour).
Anniversaire. L’aéroport vient de fêter en toute discrétion ses vingt ans de fonctionnement. « Le 23 mars 2002, atterrissait à Bergerac le premier avion de la compagnie Buzz », selon Michel Conte, président de la Société d’exploitation de l’aéroport de Bergerac-Dordogne-Périgord (SABDP).